Passer au contenu principal

Werner Hoyer

Werner Hoyer

2 articles

Homme politique allemand.
Ancien président du Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs.
Membre du Parti libéral-démocrate (FDP).

  • 2009 - Ministre d'État (vice-ministre des Affaires étrangères) au ministère allemand des Affaires étrangères, chargé des affaires politiques et de sécurité, des affaires européennes, des Nations unies et du contrôle des armements (jusqu'en 2011).
  • 2012 - Président de la Banque européenne d'investissement (BEI) depuis le 1er janvier 2012.
Trier par :
  1. L’Europe doit devenir une puissance climatique mondiale
    L’Europe doit devenir une puissance climatique mondiale (1) 30 janvier 2020. Le président de la Banque européenne d'investissement (BEI), Werner Hoyer, prend la parole lors de la conférence de presse annuelle de la BEI.
    Sélection abonnés

    L’Europe doit devenir une puissance climatique mondiale

    21 avr. 2021 Werner Hoyer & Josep Borrell

    ABONNÉS • L’urgence de la crise climatique exige que l’Union européenne transforme son programme climatique en stratégie de politique étrangère. En déployant les outils dont elle dispose, l’Europe peut conduire le reste du monde vers l’avenir plus durable que dessine l’accord de Paris (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

    0
  2. L’intérêt d’une Banque européenne de développement
    BERD © berd

    L’intérêt d’une Banque européenne de développement

    18 janv. 2021 Werner Hoyer

    Etant donné la résurgence des tendances nationalistes dans le monde, l'Europe peut et doit se placer à l'avant-garde des questions qui comptent le plus. De la promotion du commerce et des droits de l'homme à la lutte contre les maladies et le changement climatique, l'Europe peut être un modèle pour le monde, encourageant le type de multilatéralisme qui est au cœur de l'Union européenne.

    0

Notre sélection

Et si la pandémie n’était qu’un stress test - icono © PopTika- Shutterstock

« Et si la pandémie n’était qu’un stress test »

Jacques Attali

Auteur du rapport sur l’économie positive en 2012, Jacques Attali se dit sceptique sur les leçons que l’humanité est en train de tirer de la pandémie. Il s’interroge sur l’incurie ou l’inefficience de l’ensemble des organisations des Nations unies. Et il prône une « économie de la vie » tournant le dos aux énergies fossiles : santé, éducation, agriculture saine, énergies propres, culture, médias et démocratie… (paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

0

À la Une

  1. Les grands enjeux de 2022 - shutterstock_1925043176

    Les grands enjeux de 2022

    Jim O'Neill

    Personne ne sait quelle tournure prendra la pandémie ou si les récentes augmentations de prix seront transitoires, ce qui signifie que les prévisions économiques sont devenues encore plus hasardeuses que jamais. Néanmoins, certaines tendances doivent être surveillées de plus près que d’autres, et certaines politiques doivent être modifiées quoi qu’il arrive.

    0
  2. shutterstock_2005471187 © Samrit Pholjan / Shutterstock.com

    Ce qui compte vraiment dans la compétition Sino-américaine

    Joseph Nye

    Bien que les États-Unis soient depuis longtemps à la pointe de la technologie, la Chine constitue un défi de taille dans des domaines clés. Mais, en fin de compte, l’équilibre des forces sera déterminé non pas par le développement technologique, mais par la diplomatie et les choix stratégiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

    0
  3. L’hypocrisie mondiale autour du charbon - shutterstock_1142286308 Centrale électrique au charbon dans le smog hivernal à Bushra, près d'Allahabad, le 28 décembre 2015.

    L’hypocrisie mondiale autour du charbon

    Shashi Tharoor

    La position de l’Inde sur le charbon lors de la récente conférence sur le changement climatique (COP26) a suscité de vives critiques, mais les économies occidentales les plus riches n’ont pas fait grand-chose pour aider la transition écologique des pays en développement. L’Inde, concernée par les conséquences du réchauffement, fera un effort de bonne foi pour contribuer à éviter la catastrophe climatique, mais seulement dans les limites de ce qu’elle peut faire.

    0
  4. L’ère de la « non-paix » - shutterstock_1660126939 Migrants rassemblés à l'intérieur de la zone tampon de la frontière Turquie-Grèce, à Pazarkule, dans le district d'Edirne, le 20 février 2020.

    L’ère de la « non-paix »

    Mark Leonard

    Les récentes tragédies migratoires dans la Manche et aux frontières occidentales de la Biélorussie montrent à quel point les civils sont devenus des armes involontaires dans une nouvelle ère de conflits perpétuels. Les gouvernements se rendant coupables de mauvais comportements sous couvert d’hypocrisie et de déni plausible, une course « vers le fond » est déjà en cours.

    0
  5. La fin du consensus économique - shutterstock_1704617221 La présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen lors de laConférence de presse sur la réponse de l'Union européenne à la crise du coronavirus, à Bruxelles, le15 avril 2020.

    La fin du consensus économique

    Jean Pisani-Ferry

    Alors que le choc de la pandémie de Covid-19 a initialement suscité l’unité et la convergence en Europe, la phase actuelle de la crise est beaucoup plus délicate sur le plan économique et politique. Si elle est mal gérée, elle peut rouvrir de vieilles blessures et briser la légitimité nouvellement acquise des décideurs politiques.

Modifier vos préférences pour la Newsletter

Set up Notification

Pour recevoir des notifications par e-mail concernant cet {entity_type}, veuillez saisir votre adresse e-mail ci-dessous.

Si vous n'êtes pas déjà inscrit, cela créera un compte SAY pour vous. Vous devriez recevoir un e-mail d'activation sous peu.