Passer au contenu principal

Joseph Stiglitz

Joseph Stiglitz

7 articles

Économiste américain.
Prix Nobel d’économie 2001.

  • 1943 – Naissance à Gary (Indiana).
  • 1967 – Obtient sa thèse de doctorat au Massachussets Institute of Technology de Boston ainsi qu’une bourse Fulbright de recherche à Cambridge.
  • 1966 – Professeur à l’université de Yale, puis Stanford (1974), Oxford (1976) et Princeton (1979).
  • 1995 – Responsable du Council of Economic Advisers pour l’administration Clinton.
  • 1997 – Vice-président et économiste en chef de la Banque mondiale.
  • 2001 – Lauréat du prix de la banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel pour ses travaux sur l’asymétrie d’information, thème qui a fait de lui le fondateur de l’économie d’information.
  • 2008 – Mission de réflexion – conjointement avec Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi – sur le changement des instruments de mesure de la croissance française pour le compte de Nicolas Sarkosy.
  • 2020 – Participe au lancement du Centre de compétence pour la finance durable de l’université de Zurich.

Auteur de “People, Power, and Profits : Progressive capitalism for an age of discontent” (Pingouin, 2020).

Trier par :
  1. La finance doit se mettre au service du climat
    La finance doit se mettre au service du climat - icono sd

    La finance doit se mettre au service du climat

    24 sept. 2021 Joseph Stiglitz

    La crise climatique exige d’énormes changements économiques et sociétaux. Nous n’avons pas d’autre choix que de changer notre façon de consommer, de produire et d’investir. Le défi est gérable. Mais pour qu’il soit bien géré, la finance doit jouer son rôle. Et cela nécessitera plus qu’un petit coup de pouce de la part de la société civile et des gouvernements.

    0
  2. Harmoniser la reprise mondiale
    Harmoniser la reprise mondiale icono 2 © afsezen- Shutterstock
    Sélection abonnés

    Harmoniser la reprise mondiale

    30 juin 2021 Michael Spence, et al.

    Alors que les États-Unis et d’autres économies avancées s’empressent de vacciner leurs populations et de se préparer à des booms post-pandémiques, les pays en développement et les économies émergentes continuent de lutter. Heureusement, les pays riches pourraient aider tout le monde – et eux-mêmes – à un coût minime, voire nul.
    (paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

    0
  3. Biden voit les choses en grand
    Biden voit les choses en grand (1)

    Biden voit les choses en grand

    21 avr. 2021 Joseph Stiglitz

    Le président américain Joe Biden a fait passer un plan de redressement de 1 900 milliards de dollars pour aider l’économie américaine à se remettre de la pandémie et qui devrait considérablement stimuler l’économie. Il sera générateur de croissance, de recettes fiscales, et pourra rebattre plus équitablement les cartes afin d’aider les citoyens et les entreprises économiquement plus vulnérables, ce qui devrait également relancer la consommation (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

    0
  4. Crucial coût du carbone
    Crucial coût du carbone (2)
    Sélection abonnés

    Crucial coût du carbone

    21 avr. 2021 Joseph Stiglitz & Nicholas Stern

    ABONNÉS • Changer la méthode pour estimer le coût de la pollution au carbone peut encourager des actions de l’ampleur et de l’urgence nécessaires pour que l’administration Biden respecte les engagements qu’elle a pris envers les Américains et le reste du monde. L’avenir de la planète en dépend (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

    0
  5. Créer un impôt mondial minimum sur les sociétés
    Lettre ouverte à Joe Biden concernant l’impôt international sur les sociétés

    Créer un impôt mondial minimum sur les sociétés

    1 mars 2021 Joseph Stiglitz, et al.

    Une lettre ouverte à Joe Biden de José Antonio Ocampo, ancien secrétaire général des Etats-Unis, des économistes Joseph Stiglitz, Jayati Ghosh, Thomas Piketty et Gabriel Zucman, ainsi qu’Eva Joly, Edmund Valpy Fitzgerald, Kim Jacinto-Henares, Ricardo Martner, Suzanne Matale, Léonce Ndikumana, Irene Ovonji-Odida, Magdalena Sepúlveda Carmona, Wayne Swan.

    0

Notre sélection

Et si la pandémie n’était qu’un stress test - icono © PopTika- Shutterstock

« Et si la pandémie n’était qu’un stress test »

Jacques Attali

Auteur du rapport sur l’économie positive en 2012, Jacques Attali se dit sceptique sur les leçons que l’humanité est en train de tirer de la pandémie. Il s’interroge sur l’incurie ou l’inefficience de l’ensemble des organisations des Nations unies. Et il prône une « économie de la vie » tournant le dos aux énergies fossiles : santé, éducation, agriculture saine, énergies propres, culture, médias et démocratie… (paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

0

À la Une

  1. La fausse promesse de l’AUKUS - icono

    La fausse promesse de l’AUKUS

    Mark Leonard

    Dans leur nouvel accord de sécurité et de technologie avec l’Australie, l’Amérique et la Grande-Bretagne ont obtenu des gains tactiques au détriment des objectifs stratégiques dans la région indopacifique. En réalité, étant donné que l’accord a profondément divisé l’Occident, le plus grand gagnant à long terme pourrait bien être la Chine.

    0
  2. Adieu au statu quo allemand  - icono Le président chinois Xi Jinping accueille la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet du G20 à Hangzhou (Chine) le 4 septembre 2016.

    L’adieu au statu quo allemand

    Melvyn Krauss

    Les Verts et les sociaux-démocrates ayant obtenu de bons résultats aux élections fédérales allemandes, il est probable que les chrétiens-démocrates de la chancelière sortante Angela Merkel soient relégués dans l’opposition. L’espoir est maintenant que la politique économique allemande commence à se tourner vers l’avenir, plutôt que vers le présent.

    0
  3. L’Alliance transatlantique après l’Afghanistan - icono Tribune officielle de l'OTAN avant la cérémonie d'ouverture du sommet de l'OTAN à Bruxelles le 11 juillet 2018.

    L’Alliance transatlantique après l’Afghanistan

    Charles Kupchan & Gunther Hellmann

    L’alliance transatlantique connaît une période de restauration après les dégâts causés par l’ancien président américain Donald Trump. Mais comme la sortie désordonnée de l’Occident d’Afghanistan l’a clairement montré, les États-Unis et leurs alliés européens doivent entreprendre des efforts déterminés pour se préparer aux formidables défis auxquels ils sont désormais confrontés.

    0
  4. Le défi brûlant de l'Amérique latine - icono Un pompier surveille la forêt brûlée dans l'Amazonie bolivienne. Santa Cruz (octobre 2019).

    Le défi brûlant de l’Amérique latine

    Jorge Gastelumendi

    La pandémie de Covid-19 a frappé l’Amérique latine de plein fouet, rendant encore plus difficile pour la région de poursuivre une décarbonation rapide et une résilience climatique. Mais si les responsables politiques parviennent à associer les politiques climatiques à un programme social plus large, ils peuvent commencer à transformer les coûts potentiels en avantages à long terme.

    0
  5. Parier sur l'Italie - icono Mario Draghi, le premier ministre italien, s'exprime lors d'une conférence de presse à Rome, le 16 avril 2021.

    Parier sur l’Italie

    Michael Spence

    L’Italie a connu plus de deux décennies de faible croissance économique et de performances inférieures à son potentiel. Mais deux facteurs semblent aujourd’hui changer la donne : la mise en place d’un gouvernement crédible et efficace et la volonté retrouvée de l’Union européenne d’apporter un soutien budgétaire solide.

    0
  6. De l’intention à l’action à la COP26 - icono

    De l’intention à l’action à la COP26

    Patricia Espinosa

    Les preuves de la catastrophe qui nous attend si nous ne faisons pas face au changement climatique continuent de s’accumuler. Les récentes inondations dévastatrices en Asie et en Europe occidentale, les températures record en Amérique du Nord et les incendies de forêt qui font rage dans le sud de l’Europe nous rappellent qu’aucun pays n’est à l’abri. L’avenir de chacun d’entre eux dépend des actions de tous.

    0
  7. A la rencontre des licornes françaises - icono - P9291196

    À la rencontre des licornes françaises : Believe et OpenClassrooms

    Jean Rognetta & Ferdinand Le Coz

    OpenClassrooms a remporté le 29 septembre le Trophée des futures licornes qui a identifié, ces quatre dernières années, toutes les start-up françaises qui ont dépassé le milliard d’euros de valorisation. Ce spécialiste de la formation en ligne succède à Believe, une plateforme musicale qui, peu après avoir reçu le Trophée 2020, s’est introduite en Bourse, levant plus de 300 millions d’euros. SAY s’invite au passage de relais.
    Propos recueillis par Jean Rognetta et Ferdinand Le Coz.

    0
  8. La nécessité de l’AUKUS face à la Chine - icono Le Premier ministre britannique Boris Johnson accueillant le 14 juin 2021, au 10 Downing Street, le Premier ministre australien Scott Morrison.

    La nécessité de l’AUKUS face à la Chine

    Chris Patten

    La diplomatie entourant le récent accord entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis a laissé beaucoup à désirer, et le Premier ministre britannique Boris Johnson va maintenant concentrer ses efforts sur l’apaisement avec les Français. Mais cet accord ne devrait pas être le dernier entre des puissances partageant les mêmes idées pour contrer l’agression chinoise.

Modifier vos préférences pour la Newsletter

Set up Notification

Pour recevoir des notifications par e-mail concernant cet {entity_type}, veuillez saisir votre adresse e-mail ci-dessous.

Si vous n'êtes pas déjà inscrit, cela créera un compte SAY pour vous. Vous devriez recevoir un e-mail d'activation sous peu.