IMG_5550

Vers des relations américano-saoudiennes plus réalistes

L’administration du président Biden semble déterminée à séparer la relation de l’Amérique avec le Royaume d’avec la relation avec le prince héritier Mohammed ben Salmane. Mais cette séparation s’avérera probablement impossible à maintenir.

Le rapport publié fin février par la communauté des renseignements américains sur l’assassinat du journaliste saoudien et résident permanent des États-Unis, Jamal Khashoggi, en octobre 2018 au consulat saoudien d’Istanbul, en Turquie, confirme pour l’essentiel ce que nous savions déjà. L’opération visant à capturer ou à tuer Khashoggi a été approuvée par Mohammed ben Salman, le prince héritier d’Arabie Saoudite et, à bien des égards, la personne la plus puissante du Royaume. Mohammed ben Salmane, comme il est largement connu, voulait la mort de Khashoggi, à la fois pour se débarrasser d’un critique irritant et pour intimider d’autres critiques potentiels.

Il est peu probable que nous trouvions une preuve irréfutable, mais il est évident que Mohammed ben Salmane est responsable du meurtre de Khashoggi. Il y a des preuves photographiques et de communication qui montrent que ce meurtre a été perpétré par des proches du prince héritier. Il y a aussi la simple réalité que rien de significatif sur le plan politique ne se passe en Arabie Saoudite sans l’autorisation de Mohammed ben Salmane.

L’administration de l’ancien président Donald Trump a détourné le regard à l’époque, comme elle l’a souvent fait face à des violations flagrantes des droits de l’homme. De plus, Trump voulait éviter une rupture avec Mohammed ben Salmane en raison de sa politique anti-iranienne et de la volonté de son gouvernement d’acheter des armements à des fabricants américains.

L’administration du président Joe Biden est d’un avis différent. Celle-ci a déjà éloigné les États-Unis de toute participation aux opérations militaires saoudiennes au Yémen. De plus, les droits de l’homme occupent une place centrale dans son approche du monde. Le fait que Joe Biden n’ait pas communiqué directement avec Mohammed ben Salmane, et qu’il ait plutôt appelé le roi Salman, qui est malade, souligne la volonté de Joe Biden de séparer la relation américano-saoudienne de la relation avec le prince héritier.

Mais cette séparation s’avérera probablement impossible à maintenir. Les États-Unis ne sont pas en mesure d’empêcher l’ascension de Mohammed ben Salmane au trône à la mort de son père. Toute tentative en ce sens serait presque certainement vouée à l’échec, ce qui déclencherait une réaction nationaliste, provoquerait une instabilité intérieure, voire les deux. Et le fait est que les États-Unis ont de nombreuses raisons de maintenir une relation fonctionnelle avec un individu qui dirigera probablement pendant des décennies un pays qui est essentiel pour fixer les prix mondiaux de l’énergie, contenir l’Iran, contrer le terrorisme et, si tel est son choix, promouvoir la paix au Moyen-Orient.

L’Arabie saoudite n’est pas le seul pays au monde où les États-Unis doivent faire face à un dirigeant imparfait. L’administration Biden vient de signer un important accord de contrôle des armes nucléaires avec la Russie, même si le président Vladimir Poutine a tenté de tuer (et a maintenant emprisonné) son principal rival politique. La principale différence entre lui et le prince héritier saoudien dans ce cas est leur compétence à éliminer leurs opposants.

S'abonner à SAY
SAY1-2-3

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de lancement : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Ou encore, considérez la Chine. Les responsables de l’administration Biden ont accusé le gouvernement chinois de mener un génocide contre la minorité ouïgoure. Si c’est le cas, ils accusent le président chinois Xi Jinping de génocide, car ce qui se passe dans la province du Xinjiang ne peut se produire sans son approbation. Pourtant, Biden s’est récemment entretenu avec Xi et ne manquera pas de le rencontrer régulièrement pour discuter de la Corée du Nord, du commerce, du changement climatique, et de bien d’autres choses encore.

Il ne faut pas se méprendre. Biden n’a pas tort de conclure des accords avec Poutine et Xi. Les intérêts stratégiques et économiques des États-Unis l’exigent, et la capacité de l’Amérique à influencer le comportement des Russes et des Chinois chez eux est limitée. Les États-Unis peuvent et doivent critiquer et sanctionner, mais il serait vain et inutile de tenir l’ensemble des relations bilatérales avec la Russie ou la Chine en otage de leur politique intérieure. La politique étrangère n’est pas une question de promotion de la vertu ; elle vise à faire avancer les intérêts. Il est essentiel d’établir des priorités et de compartimenter.

Dans le cas de Mohammed ben Salmane, un tel réalisme pourrait conduire à des opportunités. La promesse de rencontres avec des fonctionnaires de l’administration Biden devrait être échangée contre un engagement ferme de ne plus jamais cibler un opposant politique de cette manière et de libérer les défenseurs des droits de l’homme emprisonnés.

L’intégration des Saoudiens dans le système diplomatique pourrait favoriser la possibilité d’une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien. Les Émirats arabes unis n’ont accepté de normaliser leurs relations avec Israël que lorsqu’Israël a accepté de ne pas annexer le territoire palestinien pendant au moins trois ans. Mohammed ben Salmane serait prêt à construire des ponts avec Israël, mais son père ne l’est pas, et une grande partie de la population saoudienne pourrait résister. Même un gouvernement israélien qui s’engage à étendre les colonies juives dans les territoires occupés pourrait avoir du mal à renoncer à leur expansion en échange de la paix et de liens diplomatiques avec le Royaume.

Il faudra attendre longtemps avant que Mohammed ben Salmane, désormais exposé au public, ne soit invité aux États-Unis, et encore moins au Bureau ovale. Mais refuser de traiter avec lui n’est pas la solution. Des relations pragmatiques et conditionnelles avec lui pourraient apporter protection et liberté à de nombreux Saoudiens, rendre possible une collaboration pour entraver les ambitions nucléaires de l’Iran, mettre fin à la guerre au Yémen et faire avancer les perspectives de paix israélo-palestinienne. Rien de tout cela ne ramènerait Khashoggi à la vie, mais cela donnerait davantage de sens à sa mort.

https://www.say.media/M2Ugqo9