« Une Sainte-Alliance des démocraties libérales » (2)

« Une Sainte-Alliance des démocraties libérales »

ABONNÉS • Pour Thierry de Montbrial, fondateur et président de l’Institut français des relations internationales, il ne faut pas attendre d’inflexion majeure dans les relations Europe – États-Unis, à la suite de l’élection de Joe Biden. Si le ton va changer, la priorité américaine demeure chinoise (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

SAY:En Europe, le soulagement a été unanime lors de l’élection de Joe Biden. Son administration marquera-t-elle un renouveau des relations de proximité avec l’Europe ?

Thierry de Montbrial : En apparence, oui. Mais les tendances lourdes l’emporteront toujours et la présidence de Joe Biden aura pour toile de fond la pandémie et la Chine. Certes, Joe Biden appartient à la vieille école ; Anthony Blinken, chef de la diplomatie, parle français comme vous et moi… mais rien de tout cela ne changera les intérêts américains. Les personnalités ont beau jouer un rôle important dans l’histoire, elles s’adaptent à la réalité.

Or, le phénomène international dominant du XXIe siècle, c’est la montée en puissance de la Chine. Sauf accident toujours possible, celle-ci dispose de tous les atouts pour devenir la première puissance mondiale. Elle s’est même donné une échéance précise pour cela : au plus tard 2049, le centième anniversaire de la victoire de Mao Zedong. C’est un défi majeur pour les Américains.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/At9K96R