Pascal Canfin au parlement européen © European Union 2021 – Source : EP/Alain Rolland

Une révolution silencieuse transforme l’économie européenne

En 2020, l’Europe a pris des engagements politiques forts en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Nous avons désormais un objectif commun d’atteindre la neutralité climatique en 2050 et nous sommes parvenus à un accord pour augmenter l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % à 57 % d’ici à 2030.
(paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

Il ne suffit pas de se fixer des objectifs, il faut définir un chemin crédible pour les atteindre. C’est exactement ce que nous mettons en œuvre avec le Green Deal européen. Il s’agit d’un plan de transition écologique qui touche à tous les secteurs de notre économie et à tous les aspects de notre vie quotidienne. Avec son déploiement, l’Europe s’est engagée dans un changement sans précédent de la quasi-totalité de ses politiques publiques afin de les mettre au service de la transition écologique. C’est une véritable transformation systémique de notre société qui est en marche. Si nous parvenons à déployer le Green Deal, nous aurons inventé un nouveau modèle de croissance et de prospérité qui pourra inspirer nos partenaires internationaux.

2021 ouvre une nouvelle page du Green Deal avec la traduction de nos objectifs climatiques en propositions législatives. En 18 mois, l’Europe va totalement bouleverser les règles du jeu : plus de 50 lois européennes vont être revues afin de les aligner avec nos objectifs climatiques de long terme. Ces 50 législations vont profondément changer nos comportements, de notre façon de produire à notre façon de consommer en passant par notre manière d’échanger avec le reste du monde. Dès le mois de juillet, la commission présentera simultanément 13 premiers textes de loi essentiels pour, à titre d’exemple, reformer le marché du carbone en Europe, et notamment l’étendre à de nouveaux secteurs, ou créer un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières pour éviter tout dumping climatique.

Cette dynamique va marquer un tournant pour l’avenir du multilatéralisme au moment où toutes les grandes puissances entament une course vers le haut en matière d’engagements climatiques. Le Royaume-Uni a présenté ses engagements et prépare activement la COP26. La Chine a fixé la date de 2060 pour atteindre la neutralité climatique, et la nouvelle administration américaine a rejoint l’accord de Paris dès le premier jour de l’entrée en fonction de Joe Biden et a déjà annoncé un rehaussement de ses ambitions. Plus personne parmi les plus grands acteurs et émetteurs de carbone du monde ne remet en question la nécessité de faire plus contre le changement climatique.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/Y2eeS6f