Une assiette plus saine pour une planète plus sûre - icono Sources véganes de protéines : pois chiches, lentilles, noix épinards, brocolis, tofu.

Une assiette plus saine pour une planète plus sûre

Changer ce que nous mangeons est un acte radical qui nous rendra, ainsi que la nature, plus sains et plus heureux. En faisant des choix alimentaires respectueux de la nature et en aidant à faire passer le message, chacun d’entre nous peut contribuer à maintenir le réchauffement planétaire dans la limite du 1,5° Celsius fixée par l’accord de Paris. Nous pouvons chacun faire un pas supplémentaire avec chaque repas que nous partageons.

Cette année, les Nations unies organisent une réunion spéciale pour « sensibiliser et élever le débat public » sur la manière dont la réforme des systèmes alimentaires peut nous aider à atteindre les objectifs de développement durable. Mais le monde a besoin de bien plus qu’un sommet sur les systèmes alimentaires. Il a besoin d’une révolution alimentaire. La capacité de la nature à soutenir la vie humaine ayant déjà atteint un point de rupture, changer ce que nous mettons dans nos assiettes est devenu une priorité urgente – une priorité qui jouera un rôle crucial dans la détermination des futures conditions de vie sur la planète Terre.

Dans tous les pays du G20, la majorité (60 %) des gens savent que nous devons effectuer une transition rapide vers les énergies renouvelables au cours de cette décennie. Non seulement les technologies nécessaires sont de plus en plus disponibles et abordables, mais la pression de la société civile et du secteur financier est de plus en plus forte. Pourtant, seuls 41 % des gens reconnaissent que nous devons également transformer nos systèmes alimentaires au cours de cette décennie décisive. Ce manque flagrant de sensibilisation montre que nous avons besoin d’un coup de semonce.

Pendant des décennies, les écosystèmes terrestres ont absorbé environ 30 % des émissions excessives de dioxyde de carbone, nous protégeant ainsi des pires chocs climatiques. Mais au cours des 50 dernières années, nous avons anéanti au moins la moitié de ces actifs naturels. Lorsque les forêts, par exemple, sont détruites pour la production alimentaire industrielle, elles ne cessent pas seulement d’absorber du CO2, elles commencent à en émettre. Les ressources qui contribuaient à la résilience de la planète deviennent soudainement des charges qui l’affaiblissent. Cette double peine explique pourquoi la production alimentaire représente aujourd’hui plus d’un tiers des émissions mondiales.

En finir avec l’agriculture industrielle

Nous sommes à deux doigts d’être sur la voie d’un avenir sans combustibles fossiles. Mais cette réussite ne signifiera pas grand-chose pour les générations futures si nous ne transformons pas également notre système alimentaire défectueux. De même que nous mettons les combustibles fossiles à la retraite, nous devons abandonner progressivement l’agriculture industrielle.

L’agriculture industrielle a été conçue dans le noble but de nourrir une population croissante. Mais elle n’est plus adaptée à cet objectif. Outre sa contribution massive au réchauffement de la planète – qui entraînera davantage de mauvaises récoltes, aggravant ainsi la faim – le système actuel entraîne des niveaux massifs de gaspillage alimentaire, la monopolisation des graines (qui laisse les petits exploitants à la merci des multinationales), la dégradation de sols autrefois fertiles, l’empoisonnement des cours d’eau et la perte catastrophique de biodiversité. Tout cela constitue une injustice que nous ne pouvons plus tolérer. En fin de compte, si nous laissons tomber la nature, nous laissons tomber le climat et nous nous laissons tomber nous-mêmes.

De nombreuses personnes reconnaissent que nous nous approchons de dangereux points de basculement climatique, et la plupart d’entre elles – 82 % dans les pays du G20 – souhaitent un changement qui protège la nature. Montrons-leur donc à quoi cela ressemblerait. Le Sommet sur les systèmes alimentaires de cette année est l’occasion de créer une dynamique dans certains des principaux domaines prioritaires de la réforme des systèmes alimentaires. Il est urgent, par exemple, de faire de l’agriculture régénératrice le modèle dominant au niveau mondial. Cette forme d’agriculture repose sur des pratiques de culture et de pâturage qui nourrissent le sol au lieu de le tuer.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Changer les régimes alimentaires

En outre, pour continuer à répondre aux besoins nutritionnels de la population mondiale, nous devons également accroître le nombre de lieux où les aliments sont cultivés. L’agriculture peut être pratiquée dans tous les espaces disponibles, qu’il s’agisse des toits, des balcons, des parkings reconvertis, des champs ou des jardins privés. Enfin, nous devons faire en sorte que les gens comprennent que ce que nous mangeons peut contribuer directement à notre propre bien-être, ainsi qu’à celui de la planète.

La bonne nouvelle est que nous ne partons pas de zéro. La Commission EAT-Lancet a déjà défini scientifiquement un régime qui serait bénéfique à la fois pour l’homme et pour la planète. Ce régime, qui est facilement accessible aux personnes du monde entier, se caractérise par une réduction drastique de la consommation de viande et une augmentation proportionnelle des protéines d’origine végétale.

Les protéines végétales sont au secteur alimentaire ce que les énergies renouvelables sont au secteur énergétique. Sûres, savoureuses, et de plus en plus abordables et accessibles, ces protéines vont bientôt proliférer à grande échelle, en partie parce que les investisseurs voient déjà leur potentiel commercial. En 2040, les enfants seront horrifiés d’apprendre que nous produisions et abattions des animaux en masse dans des fermes industrielles, tout comme ils seront incrédules à l’idée que nous conduisions des voitures qui crachaient des fumées toxiques dans l’air.

Prendre soin des cultures

Une autre bonne nouvelle est que nous renforçons rapidement notre compréhension de la relation entre la santé du sol et la production alimentaire. Nous savons déjà comment améliorer la rotation des cultures, et nous développons l’utilisation de systèmes de récupération de l’eau et l’agriculture de conservation. Cela nous permet de nous éloigner des labours qui irritent le sol et libèrent des émissions de carbone.

En outre, le Land Institute développe de nouvelles formes de cultures pérennes – plutôt qu’annuelles – pour les aliments de base. Au lieu de devoir semer leurs graines chaque année, les agriculteurs pourront récolter la même plante pendant quatre, cinq ou six années consécutives. Et comme ces cultures pérennes ont des systèmes racinaires plus profonds que ceux des cultures annuelles, elles sont plus résistantes et absorbent davantage de carbone dans le sol. Elles nécessitent également beaucoup moins de diesel dans le tracteur.

Nous savons que nous pouvons agir rapidement en tant que communauté mondiale lorsque nous en avons besoin. La pandémie nous a appris qu’un changement rapide est possible. Nous devons maintenant faire preuve de la même urgence (et d’encore plus de rigueur) pour modifier notre relation avec la nourriture et la façon dont nous la produisons. Notre système alimentaire est notre mécanisme de survie le plus essentiel. Mais nous ne serons pas en mesure de le transformer à temps si seule une minorité d’entre nous est consciente du défi.

https://www.say.media/EAT5018