shutterstock_1340595815

Talibans : le Pakistan saura-t-il maîtriser le monstre qu’il a créé ?

Les talibans étant plus puissants que jamais et prêts à reprendre le pouvoir en Afghanistan, le seul vainqueur extérieur sera l’agence de renseignement pakistanaise : l’ISI. Mais comme cette dernière le sait, le problème avec la création et le parrainage de groupes militants est qu’ils finissent souvent par briser la chaîne qui les lie à leurs maîtres.

Le lieutenant-général Hamid Gul, défunt chef de la puissante agence de renseignement pakistanaise, aimait à dire que dans l’histoire de l’Afghanistan, il serait écrit que l’agence, avec l’aide des États-Unis, a vaincu l’Union soviétique. Et il ajoutait sournoisement que les historiens affirmeraient qu’avec l’aide de l’Amérique, elle a aussi vaincu l’Amérique.

La vantardise de Gul n’était pas le genre de rodomontade vide de sens pour laquelle les militaires sont connus une fois qu’ils ont abandonné leur uniforme et se remémorent un passé glorifié. Il a raison d’affirmer que la tactique de l’ISI, consistant à parrainer des mouvements militants et terroristes – amplement armés, approvisionnés et financés par les États-Unis – contre l’Armée rouge en Afghanistan, est ce qui a contraint le Kremlin à se retirer de manière ignominieuse.

Par la suite, en utilisant la même approche et, initialement, beaucoup du même personnel et des mêmes méthodes, le Pakistan a créé et encadré un groupe de moudjahidin se faisant appeler les talibans, ou « étudiants » de l’Islam. Ces derniers ont rapidement pris le contrôle de l’Afghanistan et l’ont gouverné comme une filiale à part entière de l’ISI. Tout allait pour le mieux pour Gul et ses semblables jusqu’à ce qu’Oussama Ben Laden, un ancien combattant des moudjahidin bénéficiant de l’hospitalité du nouvel « Émirat islamique » des talibans, ordonne les attaques terroristes du 11 septembre 2001 contre les États-Unis depuis sa cachette afghane.

La réponse furieuse de l’Amérique a abouti au renversement des taliban et à l’exil de Ben Laden, sous protection de l’ISI, vers un refuge dans une redoute militaire pakistanaise. L’agence avait encore moins de raisons de se réjouir lorsque les États-Unis ont retrouvé la trace de Ben Laden dans un complexe sécurisé à Abbottabad, où les forces spéciales l’ont tué en 2011.

Le Pakistan, seul vainqueur en Afghanistan

Mais l’Amérique, lassée de son enlisement interminablement en Afghanistan, a laissé le vent tourner en faveur de l’ISI. Ces derniers ont aidé leurs clients talibans à se réarmer, à se réorganiser et à reprendre leurs opérations contre le régime soutenu par les États-Unis à Kaboul. Le président Joe Biden a annoncé que les forces américaines se retireront complètement d’Afghanistan pour le 11 septembre 2021, soit au moment du 20e anniversaire des attentats du World Trade Center. Cette date, qui a longtemps symbolisé la détermination de l’Amérique à s’attaquer à la racine de la menace terroriste dont elle a été victime, signifie désormais son manque de volonté de continuer.

Quels que soient les arrangements successifs que les États-Unis peuvent mettre en place pour maquiller leur capitulation, le retrait d’Afghanistan sans avoir atteint aucun de leurs objectifs à long terme est une défaite cinglante. Les talibans étant plus puissants que jamais et prêts à reprendre le pouvoir à Kaboul, le seul vainqueur extérieur sera l’ISI. Comme Gul l’avait prévu, il aura vaincu l’Amérique avec l’aide de celle-ci. Le Pakistan a maintenant reçu l’équivalent de deux décennies d’aide militaire américaine, pour un total estimé à 11 milliards de dollars.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

L’ISI est depuis longtemps obsédé par l’idée que le contrôle de l’Afghanistan donnerait au Pakistan la « profondeur stratégique » nécessaire pour défier son principal adversaire, l’Inde. Un régime taliban (ou même un gouvernement de coalition dominé par les islamistes) à Kaboul en est la meilleure garantie. Les factions talibanes sont tellement redevables à leurs bienfaiteurs pakistanais que, comme l’a fait remarquer le président afghan Ashraf Ghani, leurs organes décisionnels – Quetta Shura, Miramshah Shura et Peshawar Shura – portent le nom des villes pakistanaises où ils sont basés.

Le Frankenstein des renseignements pakistanais

Mais les successeurs de Gul seraient bien avisés de modérer leurs célébrations. Tout d’abord, le retrait des États-Unis d’Afghanistan prive le Pakistan d’un moyen de pression vital à Washington. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le Pakistan si les Américains ont moins besoin de lui.

En outre, comme le sait l’ISI, le problème de la création et du parrainage de groupes militants est qu’ils ne restent pas toujours sous votre contrôle. La leçon du Frankenstein de Mary Shelley s’est également manifestée ailleurs, notamment dans le rôle joué par Israël dans la constitution du Hamas en tant que rival de l’Organisation de libération de la Palestine.

La même chose s’est produite au Pakistan, où la période de coopération maussade entre les autorités pakistanaises et les États-Unis pendant la répression américaine en Afghanistan après le 11 septembre a donné naissance à la rébellion des « talibans pakistanais ». Alors que la branche afghane avait besoin du refuge pakistanais, des planques de l’ISI, des fonds et des armes pour monter l’insurrection qui a amené les États-Unis au point de retrait, les talibans pakistanais ont attaqué leurs propres parrains d’antan pour leur fidélité insuffisante à l’islam militant.

Entre victoire militaire et défaite idéologique

L’ISI espère sans doute qu’une fois les forces américaines parties et les talibans afghans solidement ancrés à Kaboul, elle pourra persuader leur contrepartie pakistanaise de pardonner et d’oublier les précédentes transgressions de l’agence. Si cela se produit, la paix sera rétablie, l’ISI contrôlera l’Afghanistan et les moudjahidin pakistanais cesseront de cibler les installations et les convois de l’armée pakistanaise et se joindront à l’ISI pour intensifier les attaques contre le « véritable ennemi » ; l’Inde.

Mais un autre scénario cauchemardesque pour l’ISI est également possible. Les groupes militants pakistanais, enhardis par le succès de leurs frères en Afghanistan, pourraient ne plus être la proie des flatteries de l’armée. Au contraire, ils pourraient déchaîner leurs méthodes terroristes dans le but d’imiter au Pakistan ce que les talibans ont réalisé en Afghanistan. Si ce pays peut être géré comme un émirat islamique, diront-ils, pourquoi ne pouvons-nous pas faire de même au Pakistan ? Pourquoi danser au rythme de l’ISI alors que nous pouvons imposer notre cadence ?

Dans un tel scénario, le triomphe enivrant de l’ISI au 11 septembre de cette année pourrait sembler de plus en plus creux, alors que les vipères qu’elle a nourries frappent sa propre poitrine. Il est vrai que les talibans pakistanais – qui ne bénéficient pas d’un soutien étatique propre – ont moins de chances de réussir que leurs homologues afghans. Mais ils peuvent encore faire des dégâts considérables, tout en intensifiant le désenchantement de la population pakistanaise à l’égard de la domination de l’armée sur son pays.

Si cela devait arriver, nous devrions étendre le récit de Gul et dire que l’ISI, en tant qu’agent de l’armée pakistanaise, a contribué à sa « défaite » ou du moins à son discrédit.

https://www.say.media/jCTIlke