Reprise post-pandémie - le principe des 3 zéros - icono 1 La plus grande favela brésilienne Rocinha sur la colline et le quartier de Leblon derrière, contraste entre riches et pauvres , à Rio de Janeiro. 

Reprise post pandémie : le principe des 3 zéros

La machine économique mondiale tourne au ralenti avec la pandémie. Au lieu de consacrer leur énergie à rétablir l’ancien monde, le mantra des acteurs publics et privés devrait être : « pas de retour en arrière ». Nous ne devons pas continuer sur une voie qui nous dirige vers l’extinction de l’espèce humaine, en raison du changement climatique, de la concentration des richesses entre des mains de plus en plus rares et du développement d’applications d’intelligence artificielle (IA) qui rendront d’autres mains superflues.
(paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

Les scientifiques nous avertissent depuis longtemps que l’emballement du réchauffement climatique limitera fortement notre temps sur cette planète. Le compte à rebours a déjà commencé. L’humanité est devenue une espèce en voie de disparition. Il serait suicidaire de revenir au monde d’avant la pandémie. Pourquoi devrions-nous reprendre une voie qui nous mènera au bord d’un précipice ?

Maintenant qu’une grande partie de l’économie s’est arrêtée, il n’y a pas de meilleur moment pour la réorienter dans une autre direction. La pandémie a créé une opportunité, celle de tracer une nouvelle voie vers un monde défini par trois zéros : zéro émission nette de dioxyde de carbone, zéro pauvreté et zéro chômage. La refonte du système est notre seule option. Nous prolongeons une fête dans une maison en feu, en célébrant la croissance économique et nos miracles technologiques, et en dansant sur des airs du temps de la prospérité. Ces chansons nous font oublier que c’est notre fête qui a déclenché l’incendie.

Les jeunes du monde entier s’en sont rendu compte et ont essayé de l’éteindre. Les adolescents ont manifesté et demandé du changement. Certains accusent ouvertement leurs parents de leur voler leur avenir. Les gouvernements ont au moins montré qu’ils étaient conscients de la situation en annonçant des objectifs « zéro émission », tout comme les entreprises ont adhéré aux objectifs de développement durable.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/Pe0RrkD