Réinventer l’économie des plateformes (1)

Réinventer l’économie des plateformes

ABONNÉS • L’économie numérique d’aujourd’hui s’est développée autour d’un modèle commercial fondé sur l’extraction de données, créant des rentes autant que de la valeur. Cette «économie des plateformes» tient en échec les conceptions antitrust traditionnelles et sape la valeur publique et sociale de l’innovation technologique. L’État peut remédier à ces problèmes, mais seulement s’il reprend son vrai rôle (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

Alors que la présidence de Donald Trump touchait à sa fin ignominieuse, et qu’une foule de ses partisans prenait d’assaut le Capitole américain, Facebook et Twitter ont banni le président des États-Unis de leurs plateformes. Cet acte rend désormais impossible d’ignorer l’étendue du pouvoir politique qu’exercent les grandes entreprises technologiques («Big Tech»). Le débat ne fait que commencer, d’autant que leur pouvoir économique, incontestable, ne cesse de croître.

Avec la propagation de la Covid-19, les principales plateformes numériques sont devenues de facto des services essentiels. Elles seules permettent la transition vers le télétravail et une vie à distance, sinon isolée. En conséquence, la capitalisation boursière combinée des cinq plus grandes plateformes technologiques américaines – Alphabet (Google), Amazon, Apple, Facebook et Microsoft – ne cesse d’augmenter. Elle a crû de 2 700 milliards de dollars en 2020. Avec l’ajout de Tesla au S&P 500, les six grandes entreprises technologiques représentent désormais près d’un quart de la valorisation de l’indice phare aux États-Unis.

Pouvoir et Marché

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/D9T5Z1O