Qui attaque qui? - Baradei 18 octobre 2020 : Manifestations en France, 3 jours après l’attaque terroriste sur le professeur Samuel Paty, décapité devant son collège après avoir montré en classe des caricatures de Mahomet .

Islam et Occident : en matière de laïcité, qui attaque qui ?

ABONNÉS • L'année 2020 a démontré une fois de plus que les relations entre le monde occidental et le monde arabo-musulman restent floues. Elles sont compliquées par les souvenirs de la colonisation, des guerres et des atrocités qui remontent aux croisades et, dans les temps modernes, à la guerre d'indépendance de l'Algérie et aux récentes guerres en Afghanistan et en Irak. Il s'agit d'une relation entachée de doutes, de méfiance et de rancœur de la part de nombreux musulmans et occidentaux. La faible connaissance que les deux parties ont d'autres cultures ne favorise pas la compréhension mutuelle. (SAY 3, 1er trim. 2021).

De nombreuses initiatives récentes ont cherché à promouvoir le dialogue interculturel et à favoriser une meilleure compréhension entre les civilisations et les cultures, en particulier l'Islam et le monde occidental. Malheureusement, ces efforts, y compris la création en 2005 de l'Alliance des civilisations des nations unies, sont restés pour la plupart réservés aux personnes instruites et n'ont eu aucun impact sur les gens ordinaires. Les attaques et propos extrémistes neutralisent ces initiatives et renforcent la perception de deux cultures antithétiques prisonnières d'un conflit inévitable et immuable. La récente agitation en France à propos des caricatures du prophète Mahomet et les atrocités choquantes qui ont suivi montrent clairement le profond fossé culturel qui continue de détruire les relations entre l'islam et l’occident.

Pourquoi ces caricatures ont-elles accentué cette fissure ? Les musulmans non laïques ont perçu ces caricatures dans un cadre strictement religieux et la colère et l'indignation qui en ont résulté se sont étendues à l'ensemble du monde islamique, depuis l'Afrique du nord jusqu'à l'Indonésie. De nombreux musulmans ont considéré ces images comme une nouvelle attaque judéo-chrétienne délibérée et vicieuse contre l'islam, dans le prolongement des croisades par d'autres moyens. Pourquoi, se demandent certains, les attaques contre l'islam et ses symboles sacrés sont-elles autorisées, voire encouragées, alors que la critique d'Israël ou de l'holocauste est considérée comme antisémite et même punie par la loi ? De même, pourquoi le drapeau et l'hymne national français sont-ils protégés contre la profanation, alors que le symbole le plus vénéré de la foi islamique ne l'est pas ?

Valeurs contre valeurs

En revanche, beaucoup d'Occidentaux ont considéré les décapitations en France et les meurtres barbares de civils innocents perpétrés en Europe comme des attaques directes de la part de terroristes islamistes contre la culture et le mode de vie des occidentaux. Selon eux, ces infamies étaient une attaque contre les valeurs et les libertés fondamentales de l'Occident. À la suite de ces attaques, le public a pris conscience de la gravité de l'offense que représentent ces caricatures.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/ApFtPft