49873633988_872446b81c_k Nuit du vote contre l'impeachment de Donald Trump "sans témoins" (Janvier 2020) © sniggie on Foter.com / CC BY-NC-SA

Quelles sont les prochaines étapes de l'insurrection MAGA ?

Lorsque les gens ont pris d'assaut la Bastille à Paris le 14 juillet 1789, leur but était de libérer des détenus considérés comme des prisonniers politiques de la monarchie. Lorsque les femmes françaises ont marché de Paris à Versailles en octobre de la même année, leur but était de forcer le roi à revenir avec elles et à vivre parmi le peuple.

Quels étaient les objectifs des supporters de Donald Trump lorsqu'ils ont pris d'assaut le Capitole américain le 6 janvier ? Ils ont vandalisé les bureaux du président de la Chambre et détruit les monuments à la mémoire de feu John Lewis, leader des droits civils et membre du Congrès. Ils ont également fait irruption dans la salle du Sénat pour prendre des selfies sur le siège du président de la Chambre. Un homme de Floride est sorti avec un podium à la main.

Afin de comprendre pourquoi ils étaient là en premier lieu, nous devons rembobiner la cassette. Juste avant l'insurrection, Trump a organisé un "Rallye pour sauver l'Amérique" dans un parc derrière la Maison Blanche où il a déclaré à son public :

"Nous tous ici présents ne voulons pas voir notre victoire électorale volée par des démocrates de gauche radicaux, ce qui est en train de se faire et qui est également le cas des faux médias. C'est ce qu'ils ont fait et c'est ce qu'ils font. Nous n'abandonnerons jamais. Nous ne céderons jamais, cela n'arrivera pas. On ne concède pas quand il y a un vol. Notre pays en a assez vu. Nous n'en supporterons plus tout cela et c'est de cela qu'il s'agit. Pour utiliser un terme que vous avez tous inventé, nous allons arrêter le vol (stop the steal). ... Nous avons gagné cette élection et nous l'avons remportée par une victoire écrasante..."

Le problème, a poursuivi Trump, est que sept États ont envoyé des décomptes de votes électoraux illégitimes au Congrès. "Avec seulement trois des sept États en question, nous remportons la présidence des États-Unis".

Lorsque les démocrates ont remporté les deux sièges du Sénat en Géorgie lors du second tour des élections, les enjeux étaient plus importants. À partir du 20 janvier, le vice-président Kamala Harris votera au Sénat pour départager les deux candidats. Le leader de la majorité, Mitch McConnell, deviendra le leader de la minorité, cédant ainsi le contrôle au sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer.

Par conséquent, contrairement à 2016, le président Trump a prévenu : "Nous n'avons plus de filet de sécurité. Le seul filet que nous ayons est le veto du président des États-Unis." Il a ajouté que de nombreux républicains se battent encore pour renverser l'élection. "Je tiens à remercier les plus de 140 membres de la Chambre... des guerriers... qui étudient les racines de la Constitution.... Ils savent que nous avons le droit sur un mauvais vote obtenu illégalement [aux Etats-Unis]". Il a ensuite remercié les 13 sénateurs républicains qui ont également pris position, notamment Josh Hawley du Missouri et Ted Cruz du Texas.

S'abonner à SAY
SAY1-2-3

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de lancement : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Trump a toutefois averti qu'il y a aussi des républicains faibles comme "Mitch [McConnell] et son groupe qui ne se rendent pas compte que ce sera la fin du parti républicain tel que nous le connaissons". Mais ce n'est jamais la fin du mouvement de Trump. "Laissez les faibles partir", conseille Trump, "Le moment est venu d'être fort."

Trump a conclu son discours par un appel à l'action : "Nous allons marcher sur Pennsylvania Avenue... montrer à nos républicains, les faibles... le genre de fierté et d'audace dont ils ont besoin pour reconquérir notre pays."

Supposez que vous pensiez que le président est une personne sérieuse qui dit la vérité (ou du moins qui n'exagère pas plus que le politicien typique). Que feriez-vous ? En compagnie d'autres personnes aux vues similaires, vous pourriez en conclure que vous devriez marcher sur Pennsylvania Avenue pour affronter ces politiciens faibles afin qu'ils puissent prendre action en votre faveur. Selon le président, le vice-président Mike Pence, McConnell ainsi que les autres ont besoin d'un coup de pouce pour agir correctement et arrêter le comptage des votes du Collège électoral et renvoyer les faux comptes certifiés aux États pour qu'ils les certifient à nouveau. Si cela se produit, "nous gagnerons la présidence, et vous serez les plus heureux des citoyens".

En le croyant, vous pourriez être prêt à bousculer les gens, à briser quelques vitres et à matraquer quelques policiers afin de vous mettre en face des législateurs ayant besoin d'un peu de courage.

Mais voilà qu'au lendemain de la prise d'assaut du Capitole, vous constatez que, même si vous avez fait votre part du travail, trop peu de sénateurs ont pu se constituer du courage. En fait, leur nombre a été réduit de moitié et seuls six d'entre eux se sont montrés assez courageux pour s'opposer à la certification de l'élection. Que s'est-il passé ? Vous appartenez à la vraie majorité et vous avez passé le relais aux lâches McConnell et Pence afin qu'ils puissent faire ce qu'il fallait. Mais à la fin, ils l'ont laissé tomber.

Que ferez-vous ensuite ? Si on se fie au passé, vous attendrez avec impatience les instructions de votre chef, même s'il s'agit d'indications vers la prochaine falaise.

https://www.say.media/MAVZzHB