Quand la vaccination devient un « crime »

Quand la vaccination devient un « crime »

Hasan Gokal, le directeur médical de l’équipe d’intervention Covid-19 du comté de Harris, au Texas, a refusé de laisser expirer un flacon de vaccin et a recherché des receveurs éligibles avant que les doses ne soient jetées. Pour son raisonnement éthique solide, il a été congédié et fait face à des poursuites pénales.

Le 29 décembre de l’année dernière, Hasan Gokal, directeur médical de l’équipe d’intervention Covid-19 du comté de Harris, au Texas (qui comprend Houston, quatrième ville des États-Unis par sa population), supervisait la vaccination Moderna, principalement destinée aux secouristes. Le vaccin se présente sous la forme de flacons contenant onze doses. Une fois ouvert, le flacon expire au bout de six heures et le vaccin non utilisé doit être jeté.

En ce jour de décembre, un patient est arrivé juste avant la fermeture, et une infirmière a dû ouvrir un nouveau flacon, laissant Gokal avec dix doses non utilisées. Il les a offertes au personnel soignant et aux deux policiers encore présents sur le site, mais ces derniers avaient déjà été vaccinés et ont refusé. Il a appelé un collègue dont les parents et les beaux-parents étaient éligibles – toute personne âgée de plus de 65 ans ou souffrant d’une pathologie augmentant le risque lié au coronavirus pouvait alors être vaccinée – mais ils n’étaient pas disponibles.

Gokal a commencé à appeler des personnes à partir des contacts de son téléphone pour leur demander si elles connaissaient quelqu’un d’éligible qui voulait être vacciné et qui pouvait venir chez lui ce soir-là. Lorsqu’il est arrivé chez lui, deux personnes l’attendaient et il les a vaccinées. Il s’est ensuite rendu dans des maisons où il savait qu’il y avait des personnes éligibles et a vacciné cinq autres personnes.

Pendant ce temps, il a continué à appeler les gens et trois autres ont accepté de venir chez lui. Cela aurait épuisé le stock, mais l’un d’eux a annulé. La femme de Gokal souffre de sarcoïdose pulmonaire, une affection pulmonaire qui la rendait éligible à la vaccination. Il affirme qu’il n’avait pas l’intention de lui donner ça, mais qu’au bout d’une demi-heure, il allait devoir le jeter dans les toilettes. Quinze minutes avant l’expiration de la dernière dose, il l’a vaccinée.

Le lendemain matin, au travail, Gokal a raconté à son supérieur ce qui s’était passé et lui a communiqué les noms des personnes qui avaient reçu les dix doses. Quelques jours plus tard, il a été convoqué par son superviseur, qui lui a dit qu’il aurait dû rendre les doses restantes, même si elles avaient alors expiré et avaient dû être jetées. Pour cette raison, il a été licencié.

Deux semaines plus tard, le procureur du comté de Harris, Kim Ogg, l’a accusé de vol et de violation des protocoles du comté. L’avocat de Gokal a demandé une copie des protocoles que son client était accusé d’avoir enfreint. On lui a répondu qu’ils n’existaient pas.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Un juge a rejeté les accusations, disant que le procureur n’avait pas démontré que Gokal, en tant que conseiller médical du comté pour le programme Covid-19, n’avait pas le droit de décider qui vacciner. Ogg a déclaré son intention de poursuivre l’affaire.

Certains systèmes moraux considèrent les règles comme inviolables. L’Église catholique romaine, par exemple, considère qu’il est toujours inacceptable de tuer un être humain innocent.

Il arrive parfois que, pendant l’accouchement, le crâne du bébé se loge dans le vagin et que toutes les tentatives pour le déloger échouent. Dans cette situation, si rien n’est fait, la mère et le bébé mourront tous deux. Jusqu’au développement de l’obstétrique moderne, la seule façon d’éviter cette double tragédie était qu’un médecin écrase le crâne du bébé. Le bébé mourait, mais la femme vivait. Dans les pays catholiques, cette procédure était interdite parce que c’était le meurtre direct du bébé. Par conséquent, des femmes qui auraient pu être sauvées sont mortes.

L’utilitarisme adopte le point de vue opposé. Son fondateur, Jeremy Bentham, demandait pour toute loi, coutume ou règle morale : « Quelle en est l’utilité ? » Il voulait dire par là : en quoi cela contribue-t-il à accroître le bonheur ou à réduire la souffrance ? Bentham et ses disciples ont appliqué ce critère à un large éventail de lois et d’institutions : les privilèges de l’aristocratie, le commerce des esclaves, les restrictions concernant le droit de vote, les crimes sans victime tels que l’homosexualité et le statut subordonné des femmes.

Les lois ont une place importante, même pour les utilitaristes. John Stuart Mill pensait que les lois incarnaient la sagesse et l’expérience des générations passées quant au type de comportement susceptible d’améliorer la vie de tous. Néanmoins, pour Mill, les lois ne sont pas absolues. « Pour sauver une vie », écrivait-il, « il peut être non seulement permis, mais un devoir, de voler ».

Nous ne saurons jamais si l’un des dix vaccins de Gokal a sauvé une vie, mais ils ont certainement amélioré la tranquillité d’esprit de ceux qui, autrement, auraient dû attendre des jours ou des semaines pour être vaccinés. En tout cas, il n’a rien volé. De toute évidence, l’utilisation des doses pour la vaccination a eu de meilleures conséquences que de les jeter – ou plutôt, elle aurait eu de meilleures conséquences, si Gokal n’avait pas été licencié et menacé de poursuites judiciaires.

Une chose que nous pouvons apprendre de l’injustice faite à Gokal est la valeur de règlements avisés pour guider les administrateurs chargés de la vaccination. À Los Angeles, les files d’attente devant les cliniques, bien que non officielles, ont été acceptées par le département de la santé publique du comté de Los Angeles, qui a demandé aux prestataires de soins de santé de ne pas jeter les doses inutilisées. En Israël, les personnes qui ne devraient normalement pas se faire vacciner peuvent s’inscrire pour recevoir un SMS si un centre de vaccination proche dispose de vaccins qui seraient autrement gaspillés. Comme le montrent ces exemples, il n’est pas difficile de trouver quelque chose de mieux que de jeter des vaccins qui pourraient potentiellement sauver des vies.

L’autre leçon à tirer est qu’il est injuste de punir les personnes qui font de leur mieux en l’absence de règles définies, ou dans des situations qui sortent du cadre des possibilités envisagées par ceux qui ont établi les règles en vigueur. Dans ces situations, les gens devraient être encouragés à exercer leur propre jugement afin d’obtenir les meilleures conséquences pour tous.

https://www.say.media/Zh0885x