Les principales variables d’une reprise mondiale - Stiglitz Devanture du siège du FMI à l'occasion de la réunion annuelle de 2020.

Les principales variables d’une reprise mondiale

À l'aube d'une nouvelle année, il est clair que la Covid-19 ne va pas simplement disparaître comme l'a suggéré à maintes reprises le président américain sortant Donald Trump. Bien qu'une reprise économique importante se soit produite au printemps de cette année, les pertes de PIB et d'emplois dans le monde entier sont suffisantes pour faire de cette crise la deuxième ou la troisième plus grave de ce siècle. Même dans la perspective de l’arrivée imminente d'un vaccin efficace, ce constat subsiste : le retour à la normale prendra du temps, ce qui nous amène à nous interroger sur l'ampleur des dommages causés dans l'intervalle. Cela dépendra des politiques économiques que les principaux pays poursuivront dans les mois à venir.

À ce stade, il existe déjà un important potentiel de répercussions négatives (à long terme). Le rétablissement des bilans des ménages et des entreprises qui ont été éviscérés ne se fera que progressivement ; les entreprises ayant fait faillite pendant la pandémie ne seront pas soudainement remises sur pied dès lors que le virus sera maîtrisé. Pour gérer ces effets, mieux vaut prévenir que guérir. Pourtant, à ce stade, les perspectives à court terme restent extrêmement difficiles à cerner.

Le facteur chinois

Après la crise de 2008, la Chine a joué un rôle central dans la reprise mondiale, atteignant une croissance annuelle d'environ 12 % en 2010. Cette fois, la croissance d'après-crise de la Chine est plus modérée et l'augmentation de son excédent commercial implique un soutien plus modeste à l'économie mondiale que par le passé. Sur un plan plus général, si les économies avancées du monde entier ont été en mesure d'enregistrer des déficits budgétaires considérables pour éviter des pertes importantes de PIB, la situation des gouvernements des pays en développement et des marchés émergents est loin d'être aussi favorable.

Outre les incertitudes liées aux futures vagues potentielles d'infections à la Covid-19, comme celle qui a frappé l'Europe et les États-Unis vers la fin 2020, deux questions primordiales se poseront en 2021 : l'Union européenne et les États-Unis adopteront-ils des programmes de relance suffisamment importants pour rétablir l'économie mondiale ? La communauté internationale se réunira-t-elle pour apporter aux pays en développement l'aide dont ils ont besoin ?

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/rRLsSu2