Les limites de l’accord d’investissement UE-Chine La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen lors de la conférence de presse après le sommet avec le président chinois Xi Jinping, à Bruxelles,  le 14 septembre 2020.

Les limites de l’accord d’investissement UE-Chine

Dans les derniers jours de 2020, l’Union européenne et la Chine ont finalisé un accord global sur l’investissement qu’elles avaient négocié pendant sept ans. Au cours des semaines qui ont suivi, l’accord a suscité de nombreux commentaires occidentaux, dont la plupart sont accablants. Mais maintenant que le texte complet de l’accord est disponible, il semble que les critiques exagèrent son importance.

Pour commencer, certains affirment que l’UE dépend trop du marché chinois pour maintenir la croissance de son économie. Mais les données sur le commerce et les investissements ne confirment pas cette affirmation. En 2019, la Chine n’était que le troisième marché d’exportation de l’UE. Les États-Unis restent de loin le principal partenaire commercial de l’UE-27, suivis par le Royaume-Uni.

Les exportations de l’UE vers la Chine sont en fait légèrement inférieures à ce que l’on pourrait attendre, étant donné que le PIB de la Chine (même aux taux de change du marché) est maintenant proche de 80 % de celui des États-Unis, alors que les exportations de l’UE vers la Chine ne représentent qu’environ 50 % de celles vers les États-Unis. En outre, l’importance relative des États-Unis et de la Chine en tant que marchés d’exportation pour l’UE n’a pas beaucoup changé au cours de la dernière décennie. Cela signifie que les exportations transatlantiques de l’UE ont augmenté presque aussi rapidement que ses échanges avec la Chine — malgré le taux de croissance du PIB chinois beaucoup plus élevé.

Il en va de même pour le commerce de l’UE avec les voisins démocratiques de la Chine. Entre 2009 et 2019, par exemple, les exportations de l’UE vers la Corée du Sud ont augmenté presque au même rythme que celles vers la Chine. De plus, l’intensité des échanges commerciaux entre l’UE et la Corée du Sud est deux fois plus élevée que ce à quoi l’on pourrait s’attendre, étant donné que l’économie de l’UE-27 est environ dix fois plus importante que celle de la Corée du Sud.

D’un point de vue commercial, l’Europe ne parie donc pas sur la Chine. Au contraire, les relations économiques bilatérales sont un peu plus faibles que ne le laisserait supposer la taille de l’économie chinoise.

Cela est encore plus évident lorsqu’il s’agit d’investissements directs bilatéraux UE-Chine. L’investissement direct de l’UE aux États-Unis est près de 15 fois supérieur à son investissement en Chine, tandis que l’investissement chinois dans l’UE représente environ un vingtième de l’investissement américain. Les flux d’investissements bilatéraux ont récemment stagné à des niveaux faibles, aucune nouvelle entreprise d’État chinoise n’ayant réalisé de nouveaux investissements substantiels en Europe au cours de l’année écoulée.

Le nouveau mécanisme de filtrage des investissements étrangers de l’UE, qui vise de facto principalement la Chine, doit également être considéré dans le contexte de ces chiffres. Les flux actuels d’investissements chinois dans l’UE s’élèvent à environ 11,7 milliards d’euros (14 milliards de dollars) par an, ce qui ne représente aucune menace pour une économie de 15 000 milliards d’euros. En outre, les filiales d’entreprises chinoises emploient moins de 300 000 personnes dans l’UE, soit une infime partie de la main-d’œuvre totale du bloc, qui s’élève à environ 220 millions de personnes.

S'abonner à SAY
SAY1-2-3

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de lancement : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

En outre, un examen des détails de l’accord global sur l’investissement révèle que, contrairement à son nom, l’accord est loin d’être exhaustif. Le principal avantage concret pour les entreprises européennes est l’ouverture partielle des secteurs automobiles et financiers chinois. Mais les principales dispositions de l’accord réitèrent des engagements préexistants ou des promesses de meilleurs efforts dans des domaines tels que la transparence réglementaire et les normes sociales (y compris l’engagement de la Chine à continuer ses efforts pour ratifier la Convention sur le travail forcé). Le mécanisme de règlement des différends reste également vague, enjoignant principalement aux deux parties de se consulter et de parvenir à un accord.

Les critiques de cet accord oublient de mentionner que l’UE n’avait que peu d’influence, car les investissements en Europe sont déjà largement libéralisés. L’UE ne pouvait donc pas offrir d’améliorations significatives aux investisseurs chinois. Et si l’on a peu à offrir dans une négociation, on ne peut pas attendre grand-chose de l’autre partie. Dans ces circonstances, nous ne devions pas nous attendre à un accord qui aborde tous les problèmes sociaux ou de droits de l’homme que les Européens constatent en Chine.

Enfin, nombreux sont ceux qui ont critiqué la conclusion européenne de l’accord global sur l’investissement pour des raisons géopolitiques, car elle a offert à la Chine une victoire diplomatique au moment même où une nouvelle administration américaine aux perspectives transatlantiques plus positives s’apprêtait à prendre ses fonctions. Mais en fin de compte, c’est la substance d’un accord international qui détermine son impact géopolitique.

Nous l’avons appris en mars 2019, lorsque l’Italie a signé l’initiative chinoise Belt and Road Initiative (BRI). Il s’agit d’un programme transnational d’investissement dans les infrastructures dont l’objectif officiel est de renforcer les relations économiques entre l’Asie et l’Europe. À l’époque, beaucoup se sont interrogés sur le bien-fondé géopolitique de l’adhésion de l’Italie à l’initiative chinoise, premier pays du G7 à le faire.

Mais la réalité est apparue assez rapidement. L’Italie n’avait fait que signer un protocole d’accord qui n’avait aucun impact sur le commerce ou les investissements, ce à quoi l’on pouvait s’attendre d’une vague déclaration d’intention visant à renforcer les liens économiques. La déception face à l’absence d’avantages tangibles a transformé une victoire géopolitique pour la Chine en une défaite. Le même ministre italien, qui défendait auparavant la BRI, adopte désormais une position beaucoup plus critique à l’égard de la Chine.

De même, l’accord global sur l’investissement sera jugé dans quelques années en fonction de sa mise en œuvre et des mesures concrètes prises par la Chine pour tenir ses promesses. Si les entreprises européennes ne perçoivent aucune amélioration et que la Chine ne fait aucun progrès en matière de normes de travail, cet accord pourrait être considéré comme un autre geste vide de sens.

https://www.say.media/ZjROHUe