shutterstock_1541608970 © Ascannio - Shutterstock

Les États-Unis ont perdu la guerre contre TikTok

La tentative du président américain Donald Trump de forcer la vente de l’application chinoise TikTok à un acheteur américain présente des risques considérables pour les entreprises américaines. En s’affranchissant des règles pour le commerce international, Trump ne fait que s’assurer qu’il n’y en aura pas.

Après la promesse du président américain Donald Trump de bloquer tout accès américain à TikTok, la société mère chinoise de populaire réseau social basé sur le partage de courtes vidéos, Byte Dance, a entamé des négociations frénétiques pour vendre sa filiale rapidement avant l’entrée en vigueur de l’interdiction. Il est possible - voire probable - que la véritable intention de Trump ait été de forcer une vente au rabais à un acheteur américain. Trump a dit qu’il voulait que l’acheteur soit «très américain» et a suggéré que l’entreprise acquéreuse devrait payer au gouvernement américain une redevance pour avoir fait baisser le prix avec sa menace d’interdiction. Bien que les actions de Trump puissent apporter un gain à court terme aux États-Unis, elles ont introduit de graves risques potentiels pour les intérêts américains, sans parler des règles commerciales internationales et nationales. Qu’arrivera-t-il au climat des affaires si les gouvernements supposent qu’ils peuvent faire chanter à volonté les entreprises privées ?

Byte Dance a été fondé en 2012 par Zhang Yiming, 29 ans à l’époque. C’est un succès d’entrepreneur à l’instar de Mark Zuckerberg avec Facebook, d’Elon Musk avec Tesla, de Jeff Bezos avec Amazon et du défunt co-fondateur d’Apple, Steve Jobs. Zhang est un entrepreneur en série qui a participé à la fondation de plusieurs autres sociétés Internet, dont 99fang.com, une plateforme de recherche et de transactions immobilières en ligne. Byte Dance dispose d’un certain nombre de produits numériques populaires en Chine, dont l’agrégateur de nouvelles en langue chinoise Toutiao, qui est similaire à Google News. Mais son produit le plus connu aux États-Unis, en Inde et dans plus de 140 autres pays est TikTok, qui permet aux utilisateurs de créer, d’éditer et de publier de courtes vidéos en toute simplicité et rapidité. L’application est extrêmement populaire (certains diraient qu’elle crée une dépendance), en particulier chez les jeunes. Elle a été l’une des applications de médias sociaux les plus téléchargées au monde en 2018 et 2019, et elle a également été adoptée à des fins éducatives. En Chine et en Inde, on y trouve des vidéos éducatives très populaires pour enseigner la culture anglaise et américaine.

Entrepreneurs numériques

Grâce à un algorithme de recommandation vidéo efficace et à une fonction qui permet aux utilisateurs de donner des conseils aux créateurs de contenu, l’application a donné naissance à une nouvelle catégorie d’entrepreneurs numériques indépendants en très peu de temps. De nombreuses personnes gagnent désormais leur vie en créant des vidéos de comédies, de danses, de tutoriels de langues et de conseils de mode sur TikTok. En peu de temps, TikTok est devenu un rival de WeChat en Chine, et de YouTube et Facebook aux États-Unis et ailleurs.

Anticipant les inquiétudes des Américains au sujet d’un produit numérique chinois, Byte Dance a pris plusieurs mesures pour faire de TikTok une entité distincte. Entre autres, TikTok stocke toutes les données des utilisateurs américains sur des serveurs basés aux États-Unis (avec toutefois une copie de sauvegarde à Singapour) et a engagé Kevin Mayer, un ancien cadre de Disney, comme PDG. L’administration Trump considère ces mesures comme insuffisantes, faisant valoir que les données des utilisateurs américains sont ou seront envoyées au gouvernement chinois. Mais les États-Unis n’ont pas présenté de preuves à l’appui de cette affirmation.

Forcer TikTok à être vendu à bas prix à un acheteur « très américain » met en danger de nombreuses entreprises américaines sur le marché chinois. Les entreprises américaines sont plus nombreuses à opérer en Chine que l’inverse. Rien qu’en 2019, les nouveaux investissements américains en Chine se sont élevés à 14 milliards de dollars, soit une augmentation de 1 milliard de dollars par rapport à 2018, contre moins de 6 milliards de dollars d’investissements chinois aux États-Unis. En 2018, les investissements américains cumulés en Chine ont atteint environ 269 milliards de dollars, soit presque le double des 145 milliards de dollars d’investissements chinois aux États-Unis.

Vente forcée

De plus, des géants américains de l’industrie manufacturière tels que General Motors, General Electric, DuPont, Merck, Pfizer, Eli Lilly, Bristol Myers Squibb, Boeing, Nike, Coca-Cola, Procter & Gamble, et de grandes entreprises de services comme Goldman Sachs, Morgan Stanley, Microsoft, Starbucks, KFC et McDonald’s ont tous des activités importantes en Chine. Leurs activités en Chine peuvent représenter jusqu’à 30 % de leurs bénéfices mondiaux.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Si la Chine devait imiter le stratagème de Trump, en affirmant sans preuve que certaines multinationales américaines sont des menaces potentielles pour la sécurité nationale, elle pourrait les obliger à vendre leurs activités à des acheteurs « très chinois ». Bien que le gouvernement chinois ne l’ait pas encore fait, le risque est devenu plus grand.

Loi de la jungle

Un deuxième risque majeur est que les États-Unis perdent tout soutien à d’autres causes. Lorsque les administrations américaines successives formulent des demandes à la Chine concernant les droits de l’homme, l’État de droit, les droits de propriété intellectuelle, la circulation de l’information et le changement climatique, de nombreux entrepreneurs, universitaires et simples citoyens chinois partagent ce sentiment. Mais lorsque les États-Unis attaquent TikTok et d’autres entreprises du secteur privé chinois, cela suscite une réaction très différente.

Les actions de Trump ressemblent à une attaque contre l’entrepreneuriat chinois lui-même. Elles affaibliront la position de ceux qui, en Chine, préconisent un modèle économique davantage axé sur le marché. Pourquoi se préoccuper des normes internationales alors que le soi-disant représentant d’une gouvernance fondée sur des lois opère selon la loi de la jungle ?

Trump agit essentiellement comme les États-Unis accusent depuis longtemps la Chine de le faire : ne pas respecter la propriété privée, présumer de la culpabilité sans preuve, miner les droits légitimes des entreprises étrangères sans compensation, et utiliser des règles arbitraires et opaques pour les empêcher d’opérer dans le pays.


https://www.say.media/NZUoWtv