Les agents de l’automatisation - icono 1 © Kianoush Ramezani - SAY 2021

Les agents de l'automatisation

Les débats actuels sur l’automatisation et l’avenir du travail négligent toute considération du problème principal-agent[1] dans les contextes qui se prêtent aux interventions technologiques. Bien qu’un calcul économique brut pointe presque toujours vers une automatisation de plus en plus poussée, le monde réel n’est jamais aussi simple que cela.

Les études examinant comment l’intelligence artificielle (IA) et l’automatisation vont façonner nos vies et surtout nos emplois dans les années et décennies à venir s’accumulent. Il est certain que de nombreux emplois seront supprimés, que d’autres seront transformés et beaucoup seront créés. Mais malgré ces études, il n’existe aucun consensus sur le nombre d’emplois qui seront éliminés, transformés ou créés. Par exemple, en 2018, un rapport du Forum économique mondial prévoyait qu’entre cette année-là et 2022, le nombre d’emplois remplacés par un changement dans la division du travail entre les humains et les machines pourrait atteindre 75 millions, tandis que 133 millions de nouveaux rôles plus adaptés à ce nouveau contexte pourraient émerger. Sans surprise, la Fédération internationale de robotique conclut également que l’adoption de robots dans des secteurs comme la construction automobile entraînera une croissance nette de l’emploi.

De même, des études réalisées par le McKinsey Global Institute et l’IZA, un Think Tank allemand, indiquent, respectivement, que 14 % et 35 % des emplois seraient vulnérables à l’automatisation. Mais, dans un papier désormais célèbre, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne de l’université d’Oxford estiment de leur côté que près de la moitié des emplois américains sont menacés.

Les écarts entre ces résultats sont le reflet de l’utilisation de méthodologies différentes. Mais la plupart partagent une vision déterministe de la technologie. Pour parvenir à une fourchette de suppressions d’emplois qui fasse la une des journaux, on part du principe que toute tâche ou profession qui peut être automatisée le sera un jour.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/HiAw6h5