shutterstock_2025321470

Le véritable échec est le Pakistan

La responsabilité du retour des talibans au pouvoir incombe en grande partie au Pakistan et à l'incapacité de l'Amérique à rallier le pays à sa cause. Même si les États-Unis n'avaient pas détourné leur attention et leurs ressources vers l'invasion de l'Irak en 2003, cet échec aurait condamné leur politique en Afghanistan.

Voici bientôt vingt ans qu’auront été commis les attentats terroristes du 11 septembre 2001, et cet anniversaire surviendra moins d’un mois après que les talibans auront rétabli l’Émirat islamique d’Afghanistan. Le seul point positif à cette triste concordance des temps est qu’elle nous rappelle pourquoi l’invasion de ce pays et la chute du régime des talibans étaient alors nécessaires.

Lorsque près de 3000 personnes sont massacrées sur votre sol lors d'une opération planifiée et ordonnée par un groupe terroriste connu résidant dans un pays dont le gouvernement refuse de coopérer pour traduire ce groupe et son chef en justice, il n'y a pas de bonnes options. L'attaque de représailles contre l'Afghanistan a été la seule fois où l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord, en vertu duquel les signataires acceptent de considérer une attaque contre un seul comme une attaque contre tous, a été invoqué. L'invasion menée par les États-Unis a été largement soutenue ; contrairement à l'invasion de l'Irak deux ans plus tard, seuls quelques pays l'ont condamnée ou s'y sont opposés.

Échec et trahison

Pour ces raisons, le 20e anniversaire du 11 septembre sera une occasion encore plus sombre que d'habitude. Aux terribles souvenirs de ce jour s'ajoute désormais le sentiment puissant de deux décennies d'échec en Afghanistan, de la trahison de tous les Afghans qui avaient acquis la conviction qu'ils pouvaient vivre dans un pays plus libre et un peu plus prospère, et d'une atteinte majeure à la crédibilité internationale de l'Amérique, de l'OTAN et du président Joe Biden en personne. Mais alors que la plupart des récriminations portent sur ce qui a été fait ou non en Afghanistan, le véritable échec depuis septembre 2001 est régional. Et cet échec est centré sur le Pakistan.

David Frum, qui rédigeait les discours de politique étrangère du président George W. Bush en 2001-2002, a fait remarquer que si l'invasion dirigée par les États-Unis avait atteint son objectif premier, à savoir tuer ou capturer Oussama ben Laden en décembre 2001, l'histoire de l'intervention américaine en Afghanistan se serait terminée très différemment : un retrait et une remise plus rapides à une sorte de nouveau gouvernement afghan, et aucun engagement à long terme. Nous ne pouvons connaître le degré de vérité de cet essai d’histoire contrefactuelle, mais son argument met en lumière une question négligée à la suite de la débâcle en Afghanistan.

Pendant près de dix ans, jusqu'à ce qu'il soit tué par les forces spéciales américaines en 2011, Ben Laden s'est caché au Pakistan, et pas seulement dans les zones tribales administrées par le gouvernement fédéral, où le pouvoir du gouvernement ne s'exerce pratiquement pas. Il se trouvait à Abbottabad, une ville de taille moyenne située à seulement 120 kilomètres de la capitale, Islamabad, et où se trouve l'Académie militaire pakistanaise.

La responsabilité pakistanaise

En outre, si certains chefs talibans se sont réfugiés au Qatar après avoir été chassés du pouvoir, la plupart se sont installés au Pakistan, avec le soutien et la bénédiction apparente de l'agence pakistanaise Inter-Services Intelligence (ISI). Le fait que les talibans existent encore en tant que groupe d'opposition avec lequel l'administration du président Donald Trump a négocié son accord de sortie l'année dernière est largement dû au soutien pakistanais.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Le plus grand échec au lendemain du 11 septembre a été l'incapacité à obtenir le soutien à long terme des États de première ligne entourant l'Afghanistan : L'Iran, la Chine, la Russie, les cinq "Stans" d'Asie centrale, l'Inde, mais surtout le Pakistan. Certes, le soutien de certains d'entre eux n'aurait jamais été acquis. Mais le Pakistan a longtemps bénéficié de l'aide américaine, militaire et autre, et était considéré comme un allié des États-Unis pendant la guerre froide. Le fait qu'il se soit également rapproché de la Chine, et que son programme d'armement nucléaire ait bénéficié du soutien et de la technologie chinois, aurait dû être considéré comme un indicateur de son faible engagement dans le camp américain.

Il n'aurait jamais été facile pour les États-Unis d'exercer une influence suffisante sur le Pakistan après 2001 pour avoir une chance de garantir la stabilité à long terme en Afghanistan, surtout à une époque où le Pakistan et l'Inde étaient en conflit militaire, ce qui, en 2001-2002, a alimenté des craintes plausibles de guerre nucléaire. En outre, au cours de cette période, l'un des principaux objectifs de la politique étrangère américaine était d'établir des relations plus étroites avec l'Inde (ce qui a conduit à l'accord nucléaire civil conclu entre les États-Unis et l'Inde en 2005), en grande partie pour compenser la montée en puissance de la Chine dans la région indo-pacifique. Ces liens sont aujourd'hui la pièce maîtresse de la stratégie indo-pacifique de l'administration Biden, par le biais d'un rôle accru des pays du "Quad" (Inde, Japon, Australie et États-Unis).

Axe du mal

Avec le recul, nous devrions voir que la principale erreur de cette période se situe dans le discours sur l'état de l'Union prononcé par Bush en 2002, lorsque, reprenant les termes de Frum, il a décrit les ennemis de l'Amérique comme un "axe du mal". Aucun des trois pays qu'il a accusés de parrainer le terrorisme - l'Iran, l'Irak et la Corée du Nord - n'est responsable de l'échec de l'Amérique en Afghanistan et du retour des talibans.

La faute en revient en grande partie au Pakistan et à l'incapacité de l'Amérique à rallier le pays à sa cause. Même si les États-Unis n'avaient pas détourné leur attention et leurs ressources vers l'invasion de l'Irak en 2003, cet échec aurait condamné leur politique en Afghanistan.

Il ne s'agit pas de détourner l'attention des échecs plus immédiats et plus tragiques - les défaillances morales et les signes d'une planification incompétente qui ne sont pas une caractéristique nouvelle de l'engagement international des États-Unis. Comme l'a dit Gideon Rachman, du Financial Times, il ne fait plus aucun doute que nous vivons dans un monde post-américain. Lorsque Fareed Zakaria a publié un livre portant ce titre en 2008, quelques mois avant le krach financier de cette année-là, beaucoup ont estimé qu'il était prématuré. Aujourd'hui, il semble prémonitoire.

https://www.say.media/ayP0g2E