shutterstock_1108438685_OK

Le trading à haute fréquence : lutter contre les bandits

Les effets du trading à haute fréquence (THF) sont âprement discutés entre les théoriciens, les opérateurs et les régulateurs de marché. Pour certains, il crée une distorsion de concurrence inacceptable entre les investisseurs. Pour d’autres, il augmente considérablement l’efficience des marchés. De nouveaux éléments pour trancher le débat.
(paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

Tous valident l’affirmation de Maureen O’Hara[1] : le THF modifie en profondeur les règles et les comportements des marchés financiers. L’épisode GameStop illustre ce nouveau paradigme : c’est la participation d’automates de trading à haute fréquence qui a permis aux petits porteurs de soutenir l’action GameStop contre les hedge funds.

En effet, les sociétés de THF payent des courtiers pour obtenir un flot d’ordres et alimenter ainsi continûment leurs algorithmes de trading. C’est ce qu’on appelle le Payment for Order Flow. Grâce à cette source de revenus, les plateformes de courtage comme Robinhood peuvent appliquer des tarifs très faibles à leurs clients et en particulier aux petits investisseurs.

Ainsi dans l’épisode GameStop, le fait structurel (rarement souligné par les médias) est de rendre plus accessibles les marchés financiers aux petits investisseurs grâce au trading à haute fréquence.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/b0TjEoD