Le test de la grande pandémie

Le test de la grande pandémie

À partir du moment où la pandémie due à la Covid-19 est apparue comme une menace mondiale, il était clair qu'elle mettrait à l'épreuve la force, la résilience et les capacités de réaction de chaque nation. Près d'un an plus tard, il est temps de déterminer qui a réussi le test et qui a échoué.

Sur le plan de la santé publique, la réponse est claire : l'Asie de l'est, dont l'Australie et la Nouvelle-Zélande, a passé le test haut la main. Quant au reste, l'Europe a obtenu des résultats inégaux, les États-Unis ont beaucoup trébuché et les pays en développement ont connu des difficultés.

La chance a certainement joué un rôle non négligeable dans la performance de départ. En Europe, l'Italie et l'Espagne ont été très durement touchées par la première vague du fait que le virus, alors inconnu, s'est propagé sans prévenir jusqu'à sa pleine éruption. En revanche, l'Allemagne et la Pologne l'ont vu venir et ont pu prendre des mesures efficaces à temps.

Alors que les gouvernements peuvent attribuer les inégalités de mortalité de la première vague à la chance, l'argument ne tient plus pour la deuxième vague. Les décideurs politiques ne peuvent pas échapper à la responsabilité de la propagation incontrôlée de la pandémie aux États-Unis ou de sa résurgence en Europe.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/aFfutlo