Le Jihad anti-musulmans de Narendra Modi - shutterstock_1775064497 Femme musulmane, derrière des photos d'abus policiers, priant lors de manifestations contre la discrimination religieuse le 16 février 2020 à New Delhi.

Le Jihad anti-musulmans de Narendra Modi

Au cours des sept dernières années en Inde, la persécution des musulmans s’est progressivement normalisée, et les Indiens y sont de plus en plus habitués. Le Premier ministre Narendra Modi et son Parti, Bharatiya Janata, en sont entièrement responsables.

Après la récente défaite de l’Inde face au Pakistan lors de la coupe du monde de cricket T20, le joueur de bowling indien Mohammed Shami a été confronté à un trolling virulent sur les médias sociaux. Il s’agissait de la dernière manifestation du sectarisme islamophobe qui a consumé la société indienne sous le règne du Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi.

Shami n’a pas été à la hauteur lors de ce match. Mais c’était aussi le cas de dix autres joueurs indiens lors de la déroute du Pakistan. Shami a été montré du doigt parce qu’il est musulman. Son échec n’a pas été considéré comme un simple problème sportif, mais comme un échec à faire de son mieux face à une équipe adverse composée de ses coreligionnaires.

Aussi désagréable qu’il soit, l’épisode Shami n’est rien en comparaison d’autres incidents récents d’islamophobie en Inde. Dans le district de Darrang, dans l’État d’Assam (nord-est de l’Inde), le gouvernement BJP de l’État a lancé une campagne d’expulsion des musulmans qu’il considérait comme des « colons illégaux » sur des terres publiques. Au cours d’une manifestation contre les expulsions, la police a abattu et battu un villageois, et un photographe qui documentait officiellement la campagne de démolition l’a brutalement piétiné, sous les yeux des caméras, même après que son corps est apparu sans vie.

Violences et lynchages

La vidéo de l’agression meurtrière est devenue virale sur les médias sociaux, suscitant de nombreuses récriminations parmi les sections du public qui ne sont pas encore habituées aux histoires de crimes haineux violents contre sa minorité musulmane, qui ont proliféré sous le règne du BJP. Ces dernières années, une série de rassemblements anti-musulmans incendiaires ont parfois dégénéré en violences. En février 2020, des émeutes ont ravagé certains quartiers de la capitale, New Delhi, faisant plus de 53 morts. La plupart des victimes étaient musulmanes.

Il y a également eu une augmentation spectaculaire des lynchages de musulmans, en particulier pour le « délit » de transporter ou de consommer du bœuf (la vache est considérée comme sainte dans l’hindouisme). La plupart des États ont promulgué des lois interdisant l’abattage des vaches, et tant la police que les foules autoproclamées les appliquent avec plus de zèle que de jugement. On sait que des « justiciers » de la vache ont battu des musulmans, les obligeant à scander des slogans religieux hindous. Ces crimes haineux sont commis en toute impunité.

Pendant ce temps, la police a inculpé des étudiants musulmans en vertu des lois draconiennes sur le terrorisme et la sédition pour le « crime » frivole d’encourager les joueurs de cricket pakistanais. Quatre musulmans ont été arrêtés dans la ville d’Indore pour avoir assisté à une fête annuelle populaire de danse universitaire qui a été brusquement classée comme étant réservée aux « hindous ». Un journaliste musulman, Siddique Kappan, a été emprisonné pendant plus d’un an pour sédition, terrorisme et incitation, alors qu’il n’a fait que son travail.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Abonnez-vous à notre Newsletter ! Ne loupez plus les dernières actualités économiques, environnementales, technologiques et plus encore. 

Je m'abonne !

S'abonner maintenant !

Sectarisme assumé

Aussi inquiétantes que soient ces tendances, elles ne devraient pas être surprenantes, étant donné que des personnalités politiques de premier plan expriment ouvertement leur sectarisme. Modi a déjà déclaré que les manifestants antigouvernementaux pouvaient être identifiés par leurs vêtements – c’est-à-dire les tenues traditionnelles musulmanes. Et avant les élections générales de 2019, le président du BJP, Amit Shah, a qualifié les immigrants musulmans bangladais de « termites » et s’est engagé à ce qu’un gouvernement BJP « ramasse les infiltrés un par un et les jette dans le golfe du Bengale ». Le sentiment islamophobe est encore alimenté par les médias sociaux, souvent dans des groupes WhatsApp créés par le BJP, où les péchés – réels ou imaginaires – des envahisseurs et dirigeants musulmans passés sont imputés à l’ensemble de la communauté.

Alors que les gouvernements précédents s’efforçaient de tempérer les passions communautaires, de promouvoir l’harmonie et d’apporter un soutien officiel (y compris des incitations fiscales) aux efforts visant à promouvoir le pluralisme et la diversité de l’Inde, le BJP adhère sans réserve à l’idéologie majoritaire intolérante de l’Hindutva. Les proches du pouvoir fustigent régulièrement la minorité musulmane – et l’apaisement supposé des gouvernements précédents à son égard – comme une menace pour l’identité hindoue de l’Inde.

Sous le règne du BJP, des campagnes ont été lancées contre les amours interconfessionnelles (les hommes musulmans étant accusés de mener un « jihad de l’amour » pour piéger les femmes hindoues), la conversion religieuse (pourtant autorisée par la constitution indienne) et les pratiques musulmanes en matière de mariage, de divorce et de pension alimentaire (considérées comme incompatibles avec les droits des femmes). Une entreprise de vêtements populaire a été contrainte de retirer une campagne publicitaire que les fanatiques considéraient comme une insertion d’éléments musulmans dans le festival hindou de Diwali. Un rassemblement religieux musulman a été considéré comme un événement à forte diffusion Covid-19, alors même que le festival hindou Kumbh Mela, bien plus important, a été autorisé – voire encouragé – à se dérouler.

Le « vernis » de la laïcité

Le gouvernement BJP a également promulgué une loi offrant une citoyenneté accélérée aux réfugiés des pays voisins à majorité musulmane – à condition qu’ils ne soient pas musulmans. Et les campagnes de planning familial ont été présentées comme des efforts visant à préserver l’« équilibre démographique » de l’Inde – le pays est à 80 % hindou – face à une fécondité musulmane plus élevée.

Ce qui consterne les libéraux comme moi, c’est de voir à quel point le vernis de la laïcité constitutionnelle de l’Inde s’est avéré mince. En seulement sept ans de règne du BJP, le pluralisme culturel et l’amitié entre hindous et musulmans dont l’Inde se vantait depuis des décennies ont été anéantis.

Il fut un temps où les responsables gouvernementaux montraient avec fierté les musulmans occupant des postes importants comme preuve de la capacité de l’Inde à surmonter l’héritage amer de la partition avec le Pakistan. Aujourd’hui, les musulmans sont dramatiquement sous-représentés dans les forces de police et les services administratifs centraux d’élite, et ils sont surreprésentés dans les prisons. Des sentiments qu’il aurait été jugé impoli d’exprimer il y a une génération sont déclamés dans les programmes politiques. La police, plutôt que de l’arrêter, permet souvent le tourment des musulmans.

La presse complice

L’islamophobie semble désormais avoir colonisé un segment important de la société indienne du nord, bien que le sud n’ait pas encore succombé. La presse libre tant vantée de l’Inde a été complice – et même participante active – de l’effacement de ses traditions culturelles syncrétiques de longue date.

Sous le règne du BJP, la ségrégation et la déresponsabilisation des musulmans – la division de la société indienne en « nous » et « eux » – sont progressivement normalisées, et les Indiens deviennent insensibles à l’expression et à la pratique routinières du fanatisme anti-musulman. Un musulman qui le fait remarquer se verra dire « retournez au Pakistan ». Les hindous comme moi sont traités d’« anti-nationaux ».

J’ai moi-même été traité de la sorte. En 2015, prenant la parole au parlement, j’ai répété l’observation d’un ami : dans l’Inde dirigée par le BJP, il est plus sûr d’être une vache qu’un musulman. Malheureusement, cela sonne encore plus vrai aujourd’hui.

https://www.say.media/D9CUYhk