364847aac27bf15fd4db29743761c1e8.2-1-super.1

Le charme redoutable de la banque centrale verte

Les banquiers centraux européens ont été à l'abri de toute influence politique pour poursuivre le mandat très restreint de stabilité des prix. L'écologisation de la politique monétaire peut sembler attrayante à première vue, mais elle représente un départ incompatible avec leur indépendance.

Les banques centrales et les autorités de surveillance financière du monde entier se concentrent de plus en plus sur une question qui ne relève normalement pas de leur compétence : le changement climatique. Le Fonds monétaire international et la Banque des règlements internationaux (la banque centrale des banques centrales) ont récemment publié des rapports sur le risque climatique. La Banque centrale européenne s'apprête à s'attaquer à ce que l'on appelle le green spread, c'est-à-dire la différence entre les conditions de financement des activités à faible et à forte intensité de carbone.

Deux raisons essentielles sont invoquées pour mobiliser les banquiers centraux afin qu'ils se concentrent sur le changement climatique : les risques pour la stabilité financière et les défaillances des marchés. Cependant, la logique économique et politique qui les sous-tend est faible, surtout en Europe.

Bien que le changement climatique présente un risque énorme pour tout le monde, il se développe lentement au fil des décennies, à mesure que les gaz à effet de serre (GES) s'accumulent dans l'atmosphère. Les mesures d'atténuation prises par les gouvernements risquent également de rendre de nombreux modèles économiques à forte teneur en carbone non rentables à long terme.

De plus, tous les acteurs du marché sont conscients de ces risques, y compris les banquiers qui accordent des crédits aux entreprises utilisant des combustibles fossiles et les investisseurs qui achètent leurs obligations. Les banquiers centraux et les autorités de surveillance ne devraient pas se préoccuper du risque de crédit d'une entreprise ou d'un secteur en particulier, mais plutôt des menaces qui pèsent sur la stabilité du système financier dans son ensemble.

Les changements soudains dans le calendrier de la décarbonisation pourraient représenter un tel risque systémique. Dans un rapport de 2016, le Comité européen du risque systémique (CERS) a fait valoir qu'une reconnaissance tardive de la gravité du réchauffement climatique pourrait entraîner l'imposition soudaine de mesures drastiques de réduction des émissions, ce qui conduirait à une instabilité financière. Mais ce risque semble actuellement minime, en particulier dans l'Union européenne où les gouvernements ont récemment approuvé un objectif climatique encore plus ambitieux impliquant une réduction des émissions nettes de GES d'au moins 55 % d'ici 2030.

Le deuxième argument en faveur de l'écologisation des banques centrales est que la politique monétaire doit remédier aux défaillances du marché. En effet, une personne qui contribue au changement climatique en émettant des GES ne paie pas pour les dommages environnementaux qui en résultent. Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, a fait valoir le fait qu'en présence de défaillances du marché, la neutralité du marché peut ne pas être la référence appropriée pour une banque centrale lorsque le marché en lui-même n'obtient pas de résultats efficaces.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Mais l'idée que la BCE devrait écologiser sa politique monétaire est fausse à plusieurs égards. Tout d'abord, la politique de l'UE visant à maintenir les émissions de GES dans les limites de ses objectifs a déjà remédié à la défaillance du marché. Par exemple, le système d'échange de quotas d'émission (SCEQE) de l'Union européenne limite la quantité totale d'émissions dans les secteurs de l'industrie et de l'électricité selon un calendrier compatible avec les objectifs de l'UE. En outre, les États membres ont récemment renforcé les objectifs climatiques globaux de l'Union.

Les organismes démocratiquement élus (les gouvernements nationaux via le Conseil européen, de même que le Parlement européen) ont donc remédié à la défaillance du marché. On pourrait dire que les objectifs climatiques de l'UE et le SCEQE, qui est un instrument clé pour les atteindre, sont insuffisants, mais ce n'est pas la tâche d'une banque centrale de gérer les objectifs et les instruments climatiques.

En outre, l'action de la BCE a peu de chances d'être efficace. Une des propositions consiste à ce que la BCE n'inclue que les obligations des entreprises vertes dans son programme d'achat d'actifs. De tels achats sélectifs d'obligations équivaudraient donc à une sorte de politique monétaire ou industrielle verte.

Les preuves du programme d'achat d'obligations de la BCE suggèrent que l'achat sélectif d'obligations d'entreprises vertes pourrait bien réussir à réduire légèrement le coût du capital de ces entreprises, leur permettant ainsi d'investir davantage. Mais toute réduction des émissions serait compensée ailleurs dans le cadre du plafond imposé par le SCEQE. La réduction des émissions réalisée par certaines entreprises qui bénéficient de conditions de financement plus favorables signifierait simplement que d'autres doivent réduire leurs émissions. Le prix des certificats d'émission diminuerait jusqu'à ce que les émissions restent égales à l'objectif du SCEQE.

Enfin, une BCE verte deviendrait inévitablement politique. Là encore, il y a un argument superficiel en faveur d'une politique monétaire verte : L'article 127 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne stipule que la BCE devrait également soutenir les politiques économiques globales de l'UE, à condition que cela ne mette pas en danger la stabilité des prix. Les partisans d'une BCE verte affirment donc que l'institution est obligée d'aider la transition verte en tant que mesure politique de l'UE.

Cet argument pourrait toutefois être appliqué à de nombreux autres domaines politiques. La cohésion, par exemple, est un autre objectif important de l'Union européenne. Selon la logique écologique, la BCE devrait également favoriser la cohésion en achetant des obligations de pays ou de régions plus pauvres, voire des obligations d'entreprises.

En outre, si la BCE voulait soutenir le financement vert, elle devrait prendre position sur de nombreuses questions controversées telles que l'énergie nucléaire. La BCE ne devrait pas avoir pour tâche de décider si les obligations émises par une entreprise de production d'énergie nucléaire sont vertes ou non.

Les défaillances du marché sont visibles presque partout. Pourquoi la BCE devrait-elle s'attaquer à certaines d'entre elles et pas à d'autres ? C'est une décision que seuls les gouvernements démocratiquement élus devraient prendre. Les banquiers centraux ont été mis à l'abri de toute influence politique afin de poursuivre le mandat très étroit de la stabilité des prix. L'écologisation de la politique monétaire peut sembler attrayante à première vue, mais elle représente un départ incompatible par rapport à I' indépendance des banques centrales.

https://www.say.media/bKm6pcd