La reconquête des banques centrales - icono

La reconquête des banques centrales

Il y a cinquante ans, le « choc Nixon » a remodelé le système monétaire international du jour au lendemain et modifié le statut des banquiers centraux. Au lieu d'agir en tant que serviteurs de l'économie nationale, les responsables de la politique monétaire sont devenus les maîtres de l'économie mondiale et financiarisée. Cette évolution a une incidence directe sur notre capacité à résoudre les problèmes de changement climatique et de perte de biodiversité.

En dépit de leur mystique technocratique, les banquiers centraux sont des fonctionnaires nommés par le pouvoir politique et rémunérés par les gouvernements, et ils tirent toujours leur autorité des contribuables de leurs juridictions respectives. Comme le fait remarquer Paul Tucker, ancien gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre, « le droit de créer de la monnaie est toujours, de manière latente, un pouvoir d'imposition ».

Le statut et le rôle constitutionnel des banquiers centraux sont donc avant tout une question démocratique, et non une question économique ou technique. En tant que gestionnaires d'institutions publiques qui détiennent le monopole de l'émission de devises et de liquidités, ils manient de puissants et impressionnants instruments qui ne peuvent être déployés que parce qu'ils sont garantis par les trésors publics.

Les trésors publics, à leur tour, sont garantis par les ressources budgétaires d'un pays - y compris les recettes fiscales - et par les institutions publiques qui sont vitales pour le secteur financier privé, comme le système judiciaire chargé de faire respecter les contrats. Plus les institutions publiques et l'assiette fiscale d'un pays souverain sont solides, plus les pouvoirs de la banque centrale sont étendus pour générer des liquidités, et plus les obligations et la monnaie du pays sont bien notées.

Intérêts privés et dérèglementation

Malgré l'idéologie du « libre marché » qui a longtemps régné, le capitalisme a toujours dépendu des institutions et des ressources publiques pour ses gains en capital et ses bénéfices, tout comme les banques centrales ont toujours présidé à un système financier hybride privé-public. Ce qui est nouveau, c'est la mesure dans laquelle les ressources (bilans) des banques centrales ont été étendues et déployées dans l'intérêt privé de vastes marchés de capitaux non réglementés et présentant des risques systémiques dans le système bancaire parallèle.

Décrivant l'histoire de ces développements, l'économiste politique Benjamin Braun note que « la crise de stagflation des années 1970 et la répression de l'inflation aux États-Unis au début des années 1980 par [l'ancien président de la Réserve fédérale américaine] Paul Volcker » ont conduit au transfert de la responsabilité de la politique monétaire des personnes directement responsables aux représentants élus. Depuis lors, selon Braun, le capital financiarisé dépend de banques centrales « indépendantes » et de cours d'arbitrage pour le protéger « contre la démocratie locale ».

Entre-temps, la Banque des règlements internationaux (BRI) a calculé la valeur des mesures fiscales, monétaires et macroprudentielles extraordinaires que les banques centrales ont déployées depuis 2007 pour soutenir les marchés financiers privés et atténuer leurs effets économiques négatifs. Les économistes de la BRI constatent notamment que les programmes d'achat d'actifs privés par les banques centrales ont représenté la moitié du total des achats sur cette période. Et comme d'autres chercheurs l'ont montré, une part importante de ces flux financiers a servi à soutenir les combustibles fossiles et d'autres secteurs à forte intensité de carbone.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Bilan financier contre bilan carbone…

Les sommes globales en jeu ici sont énormes. Au début de cette année, le bilan de l'Eurosystème a dépassé les 7 000 milliards d'euros (8 300 milliards de dollars), soit plus de 60 % du PIB de la zone euro. Le bilan de la Banque du Japon s'élève désormais à 130 % du PIB. Celui de la Fed est passé de 4 300 milliards de dollars à la mi-mars 2020 à un pic de 8 200 milliards de dollars à la fin juillet 2021. Cela équivaut à environ 40 % du PIB nominal américain, un niveau jamais atteint depuis la Seconde Guerre mondiale.

En outre, depuis 2007, les banquiers centraux ont utilisé leur autorité publique pour participer au vaste système bancaire parallèle de 52 000 milliards de dollars, l'influencer et le façonner, en devenant des courtiers privés en dernier ressort et des teneurs de marché en premier ressort. L'expansion du shadow banking découle de la période 1981-2014, lorsque 30 gouvernements du monde entier ont décidé de privatiser leurs fonds de pension. En conséquence, une grande partie de l'épargne mondiale s'est retrouvée dans des fonds de gestion d'actifs sur des marchés de capitaux mondialisés et largement non réglementés. Comme les sommes étaient trop importantes pour être prises en charge par les banques commerciales « Main Street », le système bancaire parallèle est apparu.

Ces décisions politiques antérieures de financiarisation de l'économie mondiale sont toujours d'actualité et entraveront nos efforts pour relever des défis sociétaux plus larges tels que le changement climatique. Étant donné l'état précaire de la biosphère, il est impératif que les activités des banques centrales soient réorientées vers ce que Braun appelle « l'objectif public », et non vers la tâche consistant à soutenir les gains privés sur les marchés des capitaux.

https://www.say.media/nEeAxAt