Manlan - La question centrale du capital humain en Afrique - icono Coworkers dans un iHub de Nairobi (Kenya) en octobre 2013

La question centrale du capital humain en Afrique

Même si les gouvernements africains ont été alertés par les épidémies pas si lointaines d'Ébola, la plupart n'ont toujours pas placé la santé et d'autres investissements dans le capital humain au centre de leurs stratégies économiques. Jusqu'à ce que cela change, toutes les autres aspirations de la région resteront hors de portée.

En 2014, l’étude « Cost of Hunger » (le coût de la faim) de l’Union africaine a alerté les ministres africains des Finances et de la Planification sur un vent contraire économique sous-estimé qui gagnait en puissance et menaçait de bloquer leurs plans de développement. Pourtant, alors même que la pandémie silencieuse de la faim et celle de la Covid-19 érodent le capital humain de l’Afrique, les décideurs et les dirigeants politiques n’ont toujours pas placé la santé au centre de leurs plans de relance.

La malnutrition chronique et la Covid-19 présentent le même défi à des échelles différentes. Le coronavirus a suspendu le modèle économique dominant et nous a rappelé que le capital dépend finalement de la santé des travailleurs qui développent et mobilisent les ressources. De même, la faim sape la productivité et fragilise le capital humain au fil du temps.

Dans les pays où la santé est reconnue comme un catalyseur de la transformation économique, ces questions ne sont pas cloisonnées au sein des ministères de la Santé. Depuis l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest jusqu’à celle de la Covid-19, nous savons désormais clairement comment mobiliser les ressources nationales pour faire face aux urgences de santé publique. Aux États-Unis et dans d’autres économies avancées, le gouvernement a puisé dans la richesse du pays pour soutenir des politiques sociales à grande échelle, comme les chèques de relance des ménages et les programmes de soutien aux salaires. Mais les pays ne doivent pas nécessairement être riches : au Togo, l’initiative Novissi du gouvernement a permis d’étendre le soutien aux travailleurs informels.

Le succès de ces programmes dépend en définitive de la mesure dans laquelle un gouvernement peut s’appuyer sur ses bases agricoles et industrielles. Plus un pays encourage l’innovation, plus son gouvernement aura d’options pour résoudre les problèmes sociaux, environnementaux et de santé publique.

Contrairement à Ébola, dont les origines rurales ont renforcé la pression en faveur du développement économique par l’urbanisation, la Covid-19 a frappé directement les villes densément peuplées d’Afrique, limitant notre capacité à générer les ressources essentielles à nos économies. Et parce que nous avons conservé un modèle de développement axé sur la recherche de rentes, la fermeture des frontières a empêché les pays de déplacer des marchandises et de générer des revenus à partir des exportations de matières premières.

Redéfinir les objectifs

Pour récolter les plus grands dividendes économiques des investissements dans la santé et dans d’autres domaines du capital humain, les politiques doivent être conçues en fonction d’objectifs spécifiques et mesurables. Par exemple, l’Afrique, qui paie 14 milliards de dollars par an pour des produits pharmaceutiques importés, se serait bien mieux comportée face à la pandémie si elle avait investi davantage dans les capacités de production pharmaceutique locales.

S'abonner à SAY
mur couv (1)

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

En outre, la crise d’Ébola aurait déjà dû contraindre les décideurs africains à considérer les soins de santé comme un pilier central des investissements dans les infrastructures. L’Afrique connaît ce que McKinsey & Company appelle un « paradoxe des infrastructures » : « il y a des besoins et des fonds disponibles… mais on ne dépense pas assez d’argent ». Alors que les gouvernements se focalisent sur des projets concrets, ils ont du mal à maintenir et à améliorer l’infrastructure sanitaire nécessaire pour qu’ils puissent se réaliser.

En fait, les infrastructures de capital humain de toutes sortes (y compris la santé, l’éducation et les services sociaux) sont plus importantes que jamais. Les innovations induites par les pandémies pour résoudre des problèmes temporaires (comme les lavabos solaires et les robots médicaux) ne suffiront pas à changer la situation politique générale. Nous devons également inscrire cet esprit d’innovation dans des programmes politiques à long terme afin que tous les Africains, hommes et femmes, puissent développer et appliquer leurs compétences et leur créativité lorsque ces atouts sont le plus nécessaires.

L’innovation comme modèle de prospérité

Cet investissement est essentiel, car c’est le capital humain qui constituera l’amortisseur le plus solide en cas de crise future, notamment lorsque les filets de sécurité sociale seront débordés. Si ces derniers assurent la résilience, c’est l’innovation qui est le moteur de la prospérité et qui crée les ressources nécessaires pour les périodes difficiles. Nous ne pouvons pas attendre l’aide des autres alors que nous n’avons pas su nous préparer à des crises que nous avons vues venir depuis longtemps. Les Africains doivent profiter de la réponse à la pandémie pour commencer à innover et sortir de la dépendance vis-à-vis des donateurs.

Nous savons qu’il est possible de transformer le capital humain en prospérité, car la Chine y est parvenue en l’espace de deux générations seulement. En 2021, l’Afrique comptera 1 900 épidémiologistes alors qu’elle en a besoin de 6 000, et moins de 5 000 professionnels de la santé en première ligne alors qu’elle en a besoin de 25 000. Pour un continent de 1,2 milliard d’habitants, jeunes pour la plupart, l’approvisionnement en personnel qualifié et en bonne santé ne devrait pas être un problème. La démographie joue en notre faveur, et pourtant nous peinons à faire le lien en plaçant le capital humain au cœur de nos stratégies de développement.

Après avoir tiré la sonnette d’alarme avec Ébola, les décideurs politiques, les dirigeants du secteur privé et les représentants de la société civile africains ont reçu un nouvel appel au réveil avec la Covid-19. Les gouvernements doivent fournir une orientation stratégique afin que les entrepreneurs et les industries ne fonctionnent pas de manière isolée ou à contre-courant. Ce n’est qu’avec une main-d’œuvre en bonne santé que les Africains pourront tirer pleinement parti de la nouvelle zone de libre-échange continentale africaine, en dépassant l’arrangement inefficace de 54 cadres fragmentés.

Avec une population jeune aussi importante, nous devons nous concentrer sur la promotion de la santé et le développement de l’emploi. Les jeunes Africains sont doués pour la technologie, ont l’esprit d’entreprise et sont désireux de générer de la prospérité pour leurs communautés. Mais les dirigeants d’aujourd’hui doivent prendre des mesures pour entretenir la flamme de l’innovation. En investissant dans leur population, ils peuvent dynamiser l’agriculture, l’industrie et les services africains. La richesse ainsi générée permettra d’amortir le choc lorsque la prochaine crise arrivera.

https://www.say.media/lT9Ffgy