La mésaventure de l’Europe à Moscou Josep Borrell

La mésaventure de l’Europe à Moscou

Lorsque les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se réuniront le 22 février, ils devront faire face aux retombées politiques de la visite malheureuse à Moscou de Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Il faut espérer que ces retombées catalyseront les progrès indispensables à l’élaboration d’une politique européenne cohérente à l’égard de la Russie.

La visite de Borrell à Moscou – la première d’un fonctionnaire de l’UE depuis 2017 – a été pour le moins étrange. Dans les semaines précédant son arrivée, le chef de l’opposition russe Alexei Navalny était rentré en Russie après avoir quitté l’Allemagne, où il se remettait depuis août dernier de ce qui était très probablement un empoisonnement ordonné par le Kremlin. Navalny n’a même pas réussi à sortir libre de l’aéroport.

Après une procédure judiciaire hâtive et grotesque, Navalny a été condamné à près de trois ans dans une colonie pénitentiaire. Cela a déclenché une vague de protestations – et de répression par le Kremlin. La police a arrêté des milliers de manifestants, en faisant souvent un usage excessif de la force.

Borrell est allé à Moscou malgré tout. Selon lui, en mettant de côté la rhétorique négative, cette visite serait un bon point de départ pour un dialogue franc entre l’UE et la Russie. La logique n’est pas tout à fait fausse. Comme l’a reconnu la chancelière allemande Angela Merkel au lendemain de la visite, l’UE a le devoir diplomatique de maintenir les canaux de communication avec la Russie ouverts.

Mais chercher à réinitialiser les relations avec le Kremlin autrement qu’en position de force est une recette pour le désastre. Borrell l’a appris à ses dépens lors d’une conférence de presse commune à Moscou, lorsque le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a qualifié l’UE de partenaire peu fiable et a accusé ses dirigeants de mentir sur l’empoisonnement de Navalny.

Tandis que Lavrov donnait sa représentation – clairement destinée aux spectateurs russes – Borrell, apparemment abasourdi, se tenait en silence. Pour couronner le tout, le Kremlin a expulsé trois diplomates européens de Russie pour avoir prétendument participé à des manifestations de soutien à Navalny – une décision dont Borrell a pris connaissance lors d’une réunion avec Lavrov.

À son retour à Bruxelles, Borrell a été fortement critiqué au Parlement européen, plus de 70 députés européens ayant demandé sa démission pour ce qu’ils ont qualifié de développements humiliants. Borrell a défendu sa décision de se rendre à Moscou, malgré les soi-disant risques évidents, arguant qu’il voulait vérifier si les autorités russes étaient intéressées par une tentative sérieuse d’inverser la détérioration des relations UE-Russie.

S'abonner à SAY
SAY1-2-3

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de lancement : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Maintenant qu’il est clair que la Russie ne l’est pas, Borrell a ajouté qu’il ferait des propositions concrètes pour des sanctions accrues qui seront discutées lors de la réunion du 22 février. Il a également participé à un appel vidéo avec d’autres fonctionnaires de l’UE, le chef de cabinet de Navalny, Leonid Volkov, et le directeur exécutif de la Fondation anti-corruption de Navalny, Vladimir Ashurkov, pour discuter des prochaines étapes.

Mais, quelles qu’elles soient, ces étapes devraient s’étendre bien au-delà de la confrontation avec la Russie pour les événements de la semaine dernière. Après tout, ce fiasco n’est que le symptôme d’un problème beaucoup plus profond : l’UE manque de vision stratégique, en particulier vis-à-vis de la Russie.

Pour l’Europe, la Russie a longtemps été comme une poupée de matriochka : familière et surprenante, simple et complexe, reconnaissable et impénétrable. Ou, comme Winston Churchill l’a dit en 1939, la Russie est une devinette, enveloppée dans un mystère, à l’intérieur d’une énigme. Mais, dans sa phrase suivante, moins mémorable, Churchill a identifié la clé pour la déchiffrer : l’intérêt national russe.

Personne ne le sait mieux que le président russe Vladimir Poutine, qui a construit sa carrière politique en convainquant les Russes que leurs intérêts sont mieux servis par son leadership. Poutine a longtemps dépeint la dissolution de l’Union soviétique comme faisant partie d’un complot occidental visant à saper et à mettre la Russie sur la touche, racontant une histoire d’humiliation dans laquelle les échecs intérieurs étaient commodément ignorés. S’opposer à l’Occident et restaurer le statut de la Russie en tant que puissance mondiale indispensable, poursuit Poutine, est essentiel pour corriger cette injustice – et seul Poutine peut faire ce travail.

Cette approche revancharde a été illustrée par l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, que Poutine a présentée comme un effort pour corriger des torts historiques et une réponse raisonnable à l’expansion de l’OTAN vers l’est. Sa cote d’approbation a grimpé de 20 points de pourcentage.

De plus, Poutine est bien conscient de la situation de déséquilibre stratégique de l’Europe. Alors que les États-Unis méritent au moins le respect d’être traités comme l’ennemi juré du Kremlin, l’UE a fait l’objet de caricatures dans les médias russes, comme l’a révélé la manière dont Lavrov a traité Borrell. Discréditer le modèle européen a été tactiquement utile pour Poutine – et, jusqu’à présent, sans coût. En fait, alors même que les dirigeants européens réprimandaient Borrell, l’Allemagne a réaffirmé son soutien à l’un des projets phares de Poutine : le gazoduc Nord Stream 2, qui fournira du gaz directement depuis la Russie.

Pour éviter d’être devancée, l’Europe doit se ressaisir. Cela signifie qu’elle ne doit pas se contenter de faire de beaux discours sur des objectifs stratégiques communs, mais qu’elle doit aussi prendre des mesures coordonnées pour les réaliser. Peut-être que la désastreuse visite de Borrell à Moscou, ainsi que la promesse du président américain Joe Biden de mettre fin à l’époque où l’on se pliait aux actions agressives de la Russie, donneront l’impulsion dont l’Europe a besoin.

https://www.say.media/buSQ1Xn