La fin du consensus économique - shutterstock_1704617221 La présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen lors de laConférence de presse sur la réponse de l'Union européenne à la crise du coronavirus, à Bruxelles, le15 avril 2020.

La fin du consensus économique

Alors que le choc de la pandémie de Covid-19 a initialement suscité l’unité et la convergence en Europe, la phase actuelle de la crise est beaucoup plus délicate sur le plan économique et politique. Si elle est mal gérée, elle peut rouvrir de vieilles blessures et briser la légitimité nouvellement acquise des décideurs politiques.

Les crises mettent les gouvernements à rude épreuve. En 2008, la plupart d’entre eux ont été pris en défaut lorsque le chaos financier a englouti le monde développé. En l’espace de quelques années, la plupart de leurs dirigeants ont été démis de leurs fonctions, la colère du public ayant atteint son paroxysme. Jusqu’à présent, les gouvernements ont bien mieux réagi aux retombées économiques du choc Covid-19. Mais les électeurs les récompenseront-ils, ou la fureur populaire consumera-t-elle une fois de plus les systèmes démocratiques ? Notre avenir politique dépendra de la manière dont les électeurs évalueront les performances des dirigeants nationaux.

Tout d’abord, revenons au 15 septembre 2008, date à laquelle la banque d’investissement américaine Lehman Brothers a déposé le bilan. Le chaos financier a suivi et l’économie est entrée en récession. Les gouvernements se sont précipités pour limiter les dégâts. Leur réponse économique initiale a été habile, mais sans résultat sur le plan politique : ils ont été accusés de renflouer les banquiers cupides qu’ils n’avaient pas su superviser auparavant.

Puis sont venues les grandes erreurs. En Europe, les erreurs ont commencé par une réponse remarquablement incompétente à l’arrêt soudain des flux de capitaux vers la Grèce, l’Irlande et le Portugal, qui a transformé des problèmes mineurs en un quasi-désastre pour la zone euro. Puis est venu l’assainissement budgétaire prématuré, qui a fait dérailler la reprise. L’Europe a connu une récession à double creux, le chômage a grimpé en flèche et le soutien aux gouvernements a diminué. Ceux-ci se sont retrouvés successivement endormis au volant, complaisants et désemparés.

En conséquence, entre le printemps 2008 et le point bas de l’automne 2013, la légitimité des élites économiques et politiques a souffert massivement. La confiance dans l’Union européenne a diminué de 20 points de pourcentage. Le soutien aux partis marginaux a augmenté, tandis que certains partis traditionnels ont été balayés.

Regain de confiance, mais société divisée

Avance rapide jusqu’en 2021, et le contraste est saisissant. Malgré les mésaventures initiales avec les masques faciaux et les tests Covid-19, les gouvernements n’ont globalement pas perdu la confiance de leur public. Les électeurs leur reconnaissent généralement le mérite d’avoir réagi rapidement à la crise sanitaire, et encore plus sur le front économique. Les mesures de confinement qui ont permis de sauver des vies, les plans d’arrêt de travail qui ont préservé les revenus, la coordination tacite, mais souvent sans faille entre les gouvernements et les banques centrales, et les campagnes de vaccination compétentes ont suscité un soutien important de la part du public.

Malgré un regain de peur, de difficultés et d’inégalités, une majorité de personnes dans le monde est désormais satisfaite de la réponse à la pandémie. La confiance dans l’Union européenne a retrouvé son niveau d’avant la crise financière. Ces résultats sont rassurants, car ils suggèrent que les gouvernements sont punis pour les mauvaises politiques et récompensés pour les bonnes. Malgré tout le bruit et la fureur du débat politique, il semble que ce que les politologues appellent la légitimité de sortie soit bien vivante.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Abonnez-vous à notre Newsletter ! Ne loupez plus les dernières actualités économiques, environnementales, technologiques et plus encore. 

Je m'abonne !

S'abonner maintenant !

Mais il y a des réserves. La première est que dans les 13 économies avancées interrogées par le Pew Research Center en 2020 et 2021, les citoyens – dont pas moins de 83 % des Néerlandais et 77 % des Allemands – affirment que la pandémie a rendu leur société plus divisée.

Polarisation contre solidarité

La polarisation entre les camps pro et anti-vaccins est traumatisante, car elle donne l’impression que les gens sont étrangers les uns aux autres alors que la solidarité devrait prévaloir. Le fait que ces lignes de fracture coïncident souvent avec l’identification politique partisane, comme aux États-Unis et, dans une certaine mesure, en Allemagne, est profondément inquiétant, car il indique une incapacité à s’entendre sur les preuves scientifiques. Les violents affrontements qui ont eu lieu récemment aux Pays-Bas rappellent que ces divisions peuvent rapidement tourner au vinaigre. Il est tout aussi troublant de constater qu’en France, la confiance dans les scientifiques a considérablement diminué.

La deuxième mise en garde concerne la résurgence des controverses en matière de politique économique. Au départ, il y avait un consensus solide sur ce qu’il fallait faire. En Europe, l’accord sur la suspension des règles budgétaires et des aides d’État a été obtenu sans grand débat, tandis que la décision de la Banque centrale européenne de lancer un programme d’achat d’actifs dédié a été rapide et nette.

De plus, la France et l’Allemagne se sont entendues en mai 2020 pour proposer une initiative fiscale sans précédent par laquelle l’Union européenne émettrait des obligations pour financer des transferts vers ses pays membres les plus touchés, les plus vulnérables et les moins riches. Un processus qui aurait normalement dû prendre des mois et se solder par un échec n’a au contraire pris que quelques semaines et a abouti à un accord.

Pressions inflationnistes

Mais cette harmonie est en train de prendre fin. L’inflation est sur la sellette. Les ménages de la classe moyenne du nord de l’Europe s’inquiètent de plus en plus du fait que la BCE met leurs économies en danger. Le populaire tabloïd allemand Bild appelle la présidente française de la banque, Christine Lagarde, « Madame Inflation ».

La BCE reste convaincue que les pressions inflationnistes s’atténueront au cours de l’année 2022. De bons arguments plaident en faveur de ce point de vue, mais nombreux sont les Allemands qui s’inquiètent – et parfois paniquent – du taux d’inflation annuel actuel de 4,5 % dans leur pays. Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a récemment averti qu’« il se pourrait bien que les taux d’inflation ne tombent pas en dessous de l’objectif [de la BCE] de 2 % à moyen terme ».

Si la poussée inflationniste actuelle s’avère temporaire, elle permettra de compenser les insuffisances passées de l’inflation par rapport à l’objectif de la BCE et contribuera à corriger les déséquilibres de compétitivité qui subsistent entre le nord et le sud de l’Europe, où les prix augmentent plus lentement. Mais si les dépassements inflationnistes persistent, le consensus politique pandémique s’effondrera et la colère à l’égard de l’euro resurgira dans le Nord.

Sur le front fiscal également, le consensus sur la pandémie s’érode en raison des différences croissantes entre ceux qui mettent en garde contre une consolidation prématurée et ceux qui s’inquiètent de l’augmentation de la dette publique. Il s’agit d’une discussion parfaitement légitime. Mais, là encore, la question est de savoir si les débats politiques ne finiront pas par alimenter des différends polarisants, précisément à un moment où l’Europe a besoin d’un accord sur la réforme de son pacte fiscal.

L’héritage d’un traumatisme partagé, la peur persistante et les divisions aiguisées au sein des sociétés européennes rendent la phase actuelle dangereusement délicate sur le plan économique et politique. Si elle est mal gérée, elle risque de rouvrir de vieilles blessures et de briser la légitimité nouvellement acquise des décideurs politiques.

Dans les crises, comme dans les conflits militaires, la victoire ne doit jamais être déclarée trop tôt. Après tout, gagner des batailles ne signifie pas grand-chose si l’on se retrouve du côté des perdants de la guerre.

https://www.say.media/HsLtqfC