La fausse promesse de l’AUKUS - icono

La fausse promesse de l’AUKUS

Dans leur nouvel accord de sécurité et de technologie avec l’Australie, l’Amérique et la Grande-Bretagne ont obtenu des gains tactiques au détriment des objectifs stratégiques dans la région indopacifique. En réalité, étant donné que l’accord a profondément divisé l’Occident, le plus grand gagnant à long terme pourrait bien être la Chine.

Ces dernières années, l’histoire géopolitique a été marquée par le réveil progressif des démocraties occidentales face aux réalités d’une Chine de plus en plus ambitieuse et autoritaire. Les pays européens sont passés du stade de compétition entre eux pour devenir le meilleur ami de la Chine à celui de partager l’idée que la Chine représente un défi profond et multiforme.

Par exemple, sur des questions mondiales telles que le changement climatique, les gouvernements européens doivent désormais trouver un moyen de travailler efficacement avec un partenaire difficile. Sur les questions économiques et technologiques telles que l’intelligence artificielle, la Chine est devenue un concurrent féroce. Quant aux droits de l’homme, à la démocratie et au rôle de l’État dans l’économie, elle est désormais considérée comme un véritable rival systémique.

En plus de devenir plus réalistes à l’égard de la Chine, les Européens s’engagent davantage en Asie. La France a mené le peloton en 2016 en signant un accord pour fournir à l’Australie ses sous-marins Barracuda à moteur diesel et en inspirant le reste de l’Europe à développer une nouvelle stratégie pour l’Indopacifique. Sa position sur la Chine ces dernières années est à des années-lumière de celle du Premier ministre britannique Tony Blair, du président français Jacques Chirac et du chancelier allemand Gerhard Schröder qui soutenaient la fin d’un embargo de l’Union européenne sur les ventes d’armes à la Chine et l’octroi à ce pays du statut d’économie de marché.

Colère de la France et mécontentement de la Chine

Mais la France a été écartée par AUKUS, une nouvelle alliance de sécurité et de technologie entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni. À Washington et à Londres, l’accord visant à fournir à l’Australie des sous-marins nucléaires de fabrication américaine est présenté comme l’une des avancées stratégiques les plus importantes depuis des décennies, même si cela a provoqué la colère de la France.

Pour les États-Unis, l’AUKUS arrive juste après leur retrait chaotique d’Afghanistan et est donc présenté comme la preuve que l’administration Biden est sérieuse, compétente et dure en matière de politique étrangère. Le fait de doter l’Australie d’une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire augmentera considérablement la capacité des États-Unis à projeter leur puissance dans la région indopacifique, d’où le mécontentement de la Chine à l’égard du pacte.

L’AUKUS est également la première et (jusqu’à présent) la seule expression de la « Global Britain », le nouvel acteur mondial qui était censé apparaître après le Brexit. L’accord est présenté comme la preuve que la relation spéciale du Royaume-Uni avec les États-Unis est solide. Même les Français pourraient bénéficier de ce nouvel arrangement. En montrant un autre exemple de l’inconstance américaine, la France peut renforcer ses propres arguments en faveur de l’autonomie stratégique européenne.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Tentatives d’apaisements

Depuis l’annonce de l’accord, des tentatives ont été faites pour faire baisser la température entre les puissances occidentales. Le président américain Joe Biden a appelé le président français Emmanuel Macron, a admis que la situation aurait bénéficié de consultations ouvertes entre alliés et a promis un soutien accru des États-Unis à la campagne antiterroriste de la France au Sahel.

Maintenant que les Français se sont un peu défoulés (en rappelant temporairement leurs ambassadeurs aux États-Unis et en Australie), de nombreux observateurs américains de la politique étrangère semblent penser que les choses vont revenir à la normale. Pourtant, quelles que soient les avancées tactiques réalisées par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, les gains stratégiques d’AUKUS sont, au mieux, douteux.

Oui, l’Indopacifique est au cœur de la compétition entre l’Amérique et la Chine, et une Australie bien équipée peut renforcer le contrôle naval américain sur ce territoire. Mais il y a d’autres champs de bataille plus importants à considérer. Comme nous l’avons vu, le défi chinois concerne également la réglementation de l’IA, de la finance mondiale, des technologies et infrastructures vertes. Sur ces questions, l’UE a beaucoup plus à apporter que l’Australie ou le Royaume-Uni.

Il est dans l’intérêt à long terme de l’Amérique que l’Union européenne devienne davantage une puissance souveraine capable de participer à la défense des valeurs et des intérêts occidentaux partagés. En humiliant la France, le seul État membre de l’Union européenne qui a ouvertement embrassé un engagement plus profond dans l’Indopacifique, l’administration Biden a rendu ce résultat moins probable.

Mauvaises stratégies pour le Royaume-Uni et la France

Le Royaume-Uni n’a pas été moins myope. Ayant quitté l’Union européenne, il s’efforce de développer des relations avec d’autres pays qui ont moins en commun avec le pays que ses voisins européens immédiats. Même un Brexiter convaincu aurait du mal à soutenir que l’Australie est plus importante pour les intérêts militaires et commerciaux britanniques que la France ou d’autres Européens continentaux. Ce n’est pas l’Australie qui peut aider le Royaume-Uni en fournissant des chauffeurs de camion d’urgence ou en endiguant le flux de migrants à travers la Manche.

Cependant, les Français ne sont pas irréprochables. La plupart des autres membres de l’Union européenne considèrent que le programme de politique étrangère de la France est, en fin de compte, antiaméricain, et la meilleure façon de les rallier à cette cause est donc de les convaincre du contraire. La réduction de la dépendance de l’Europe à l’égard des États-Unis devrait donc être présentée comme un projet proaméricain qui aidera l’Europe et les États-Unis à relever les défis du XXIe siècle. En précipitant une dispute transatlantique majeure et en confirmant les soupçons des atlantistes de l’Union européenne selon lesquels la France nourrit un ressentiment antiaméricain, la France a compromis ses propres objectifs.

Le pragmatisme impitoyable de la Chine

Il n’est pas trop tard pour réaligner les différentes stratégies poursuivies par les puissances occidentales. La France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont peut-être fait la une des journaux en prenant des mesures qui semblent tactiquement judicieuses et émotionnellement satisfaisantes. Mais la Chine pourrait s’avérer être le vainqueur stratégique. Plutôt que de se battre pour des sous-marins, les démocraties occidentales devraient étudier comment leurs stratégies indopacifiques pourraient se compléter sur d’autres fronts essentiels tels que l’économie numérique, le commerce et le changement climatique. La réalisation de ce type d’alignement pourrait servir de base à l’intégration d’autres partenaires majeurs tels que le Japon, la Corée du Sud et l’Inde.

La réponse de la Chine à AUKUS reconnaît implicitement ce fait. Elle a demandé à adhérer à l’accord global et progressif pour le partenariat transpacifique, un accord majeur promu à l’origine par l’administration Obama pour contenir l’essor économique de la Chine. Au cours de la décennie qui a suivi sa négociation, les États-Unis ont perdu leur intérêt pour les accords commerciaux et la Chine a exploité leur retrait de la scène mondiale. La démarche cynique de la Chine pour prendre la place des États-Unis dans le Partenariat transpacifique global et progressiste témoigne d’un pragmatisme impitoyable qui pourrait laisser les approches occidentales, y compris AUKUS, sur le carreau.

https://www.say.media/sOVEent