shutterstock_1665899239

La Covid et le retour progressif de l'État

Il y a des années qui sont à peine mentionnées dans les livres d'histoire tandis que d'autres ont leur propre chapitre. C'est certainement le cas de cette année. Il ne fait aucun doute que la pandémie Covid-19, tout comme la pandémie de grippe espagnole de 1918-20, restera longtemps gravée dans les mémoires. Toutefois, ce qui rend une année remarquable, ce n'est pas la façon dont elle se déroule, mais plutôt la façon dont elle change le monde. Une année particulière après laquelle le monde reprend ses activités habituelles signifie beaucoup moins, historiquement, qu'une année d'inflexion qui entraîne une grande transformation et marque le début d'une nouvelle ère humaine. Où se situe l'année 2020 ?

Il y a de bonnes raisons de penser que le monde a connu un changement radical en 2020. En particulier, les événements des douze derniers mois pourraient bien avoir déclenché un remodelage et un rééquilibrage fondamentaux des relations entre l'État et la société, notamment dans les démocraties libérales occidentales.

Depuis la fin de la guerre froide, les modèles sociaux et économiques des démocraties occidentales sont devenus de plus en plus déséquilibrés. Les marchés libres, autrefois considérés comme un puissant moyen de renforcer la démocratie libérale (en créant une classe moyenne qui exige des droits), sont maintenant un but en soi, un idéal à défendre, quel qu'en soit le prix.

De plus, les coûts se sont avérés élevés. Comme l'exigeait l'orthodoxie du marché libre, la mondialisation a entraîné un relâchement des contrôles des capitaux, une plus grande ouverture des frontières, une privatisation à grande échelle et une déréglementation. La gouvernance a évolué vers une approche plus limitée et plus technique et des acteurs privés de plus en plus influents ont assumé des rôles publics.

Les entreprises sont ainsi devenues des acteurs mondiaux très puissants tandis que les gouvernements ont de plus en plus de mal à les taxer et à les réglementer. Dans certains domaines vitaux (de la propagation de la désinformation sur les médias sociaux à la durabilité environnementale), les entreprises ont essentiellement été laissées à l'autorégulation.

Il y a eu une impulsion pour reprendre le contrôle ; pourtant, cela ne vient pas de l'État mais d'autres acteurs. C'est le cas, par exemple, de la pression en faveur d'une comptabilité et d'un reporting d'entreprise axés sur l'environnement, le social et la gouvernance. La pression publique et l'intérêt croissant des investisseurs ont poussé les entreprises à revendiquer leurs compétences en matière d'ESG. Dans le même temps, de sérieux problèmes de transparence et de précision des normes ESG subsistent. L'absence de l'État est palpable à travers tout cela.

Du point de vue de nombreux citoyens ordinaires, le gouvernement s'est comporté de plus en plus comme un prestataire de services privé au cours des dernières décennies alors même que les inégalités ont augmenté en flèche. Les conséquences de la crise financière mondiale de 2008 (les gouvernements ont pris des demi-mesures pour consolider les systèmes financiers et empêcher un nouvel effondrement) ont fait voler en éclats l'idée que la démocratie libérale est un garant automatique de stabilité et de prospérité. Pendant ce temps, la Chine a poussé son propre modèle concurrent avec un État central fort et étroitement lié au marché, préparant le terrain pour la bataille mondiale des idées d'aujourd'hui.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

La crise financière a provoqué une vague de populisme et de nativisme qui a englouti une grande partie de l'Occident. Les inégalités continuant à s'accroître et peu d'efforts ayant été faits pour rétablir la relation entre le citoyen et l'État a causé une baisse de la confiance dans les institutions et des demandes de changement radical.

Cependant, pendant la pandémie Covid-19, l'État a fait un retour en force. Lorsque l'économie s'est arrêtée, les gouvernements ont consacré d'énormes quantités de fonds publics au soutien de l'industrie privée et à la limitation des licenciements. En Europe, les interventions au niveau national ont été renforcées par le fonds de lutte contre la pandémie d'un montant sans précédent de 750 milliards d'euros (918 milliards de dollars), intitulé Next Generation EU.

De plus, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement ont suscité des attentes selon lesquelles les États devraient faire plus pour garantir les produits essentiels stratégiques. Ainsi, les appels à la relocalisation de la production n'ont pas seulement augmenté, mais ils impliquent désormais une réaffirmation du contrôle souverain sur les biens stratégiques.

De même, pour la première fois depuis une génération, les gouvernements ont repris leur élan réglementaire, en particulier en ce qui concerne les géants de la grande technologie qui faussent de plus en plus la concurrence. La Commission européenne a récemment présenté des règlements marquants : le Digital Services Act et le Digital Markets Act visant à réduire le pouvoir de ces entreprises. Elle a également annoncé des plans pour d'autres actions basées sur la concurrence. Aux États-Unis, la Commission fédérale du commerce et les gouvernements des États ont intenté des procès antitrust contre Alphabet (la société mère de Google) et Facebook pour avoir utilisé leur pouvoir de marché pour contrer leurs rivaux. Les appels au démantèlement de ces méga-firmes se font de plus en plus pressants.

La pandémie a montré que l'on ne peut pas compter sur la main invisible du marché pour assurer la fourniture de biens publics ni même pour défendre l'intérêt général. La main visible de l'État devrait y contribuer, grâce à des institutions efficaces qui fonctionnent et à une bonne gouvernance.

Plus fondamentalement, les mesures de santé et de sécurité sont un rappel constant de la présence de l'État, si peu présente ces dernières années. Certains ont adopté cette attitude intrusive, reconnaissant ainsi une responsabilité commune, tandis que d'autres se sont contentés d'un rôle passif ; mais tous sont conscients du rôle du gouvernement. Les sensibilités évoluent, ce qui pourrait constituer une base pour des changements plus importants dans le modèle libéral-démocrate.

Certes, 2020 peut s'avérer être une perturbation temporaire. Une vaccination généralisée pourrait mettre fin à la pandémie et les personnes, les entreprises et les gouvernements pourraient revenir au statu quo d'avant. Les rancœurs continueront à s'accumuler et les gouvernements continueront à se démener.

Dans ce cas, la pandémie restera dans les mémoires comme une autre tragédie : mémorable, terrible, mais principalement un événement ponctuel. Si, toutefois, la perturbation de 2020 incite à une réflexion plus approfondie sur la relation entre le gouvernement et les gouvernés et conduit à un véritable renforcement des institutions libérales-démocratiques, alors cette année horrible sera considérée comme un point focal plutôt qu'un point ponctuel.

https://www.say.media/GohjDwy