L’hypocrisie mondiale autour du charbon - shutterstock_1142286308 Centrale électrique au charbon dans le smog hivernal à Bushra, près d'Allahabad, le 28 décembre 2015.

L’hypocrisie mondiale autour du charbon

La position de l’Inde sur le charbon lors de la récente conférence sur le changement climatique (COP26) a suscité de vives critiques, mais les économies occidentales les plus riches n’ont pas fait grand-chose pour aider la transition écologique des pays en développement. L’Inde, concernée par les conséquences du réchauffement, fera un effort de bonne foi pour contribuer à éviter la catastrophe climatique, mais seulement dans les limites de ce qu’elle peut faire.

L’Inde est en quelque sorte devenue le méchant de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26) du mois dernier, accusée de résister aux réductions de la consommation de charbon alors même que l’air toxique enveloppe sa capitale, New Delhi. Le crime supposé du pays à Glasgow a été de se joindre à la Chine pour insister sur une modification de dernière minute de la déclaration finale de la conférence, dans laquelle les pays se sont engagés à « réduire progressivement » plutôt qu’à « éliminer progressivement » le charbon. Pour cela, l’Inde, dont les émissions de dioxyde de carbone par habitant ne représentent qu’une fraction de celles des principaux émetteurs mondiaux, a été largement critiquée pour son obstruction à la lutte mondiale contre le changement climatique.

L’ironie est que l’Inde a fait beaucoup moins pour intensifier l’effet de serre de la planète que la Chine ou les pays occidentaux développés. Certes, le pays est un grand consommateur de charbon, dont il tire environ 70 % de son énergie. Mais, en 2015 encore, au moins un quart de la population indienne ne pouvait pas considérer comme acquis ce que presque tout le monde dans le monde développé peut faire : appuyer sur un interrupteur sur un mur et être baigné de lumière.

Pire encore, les Indiens sont parmi les plus grandes victimes du changement climatique, subissant périodiquement des inondations dévastatrices et des sécheresses hors saison, en plus d’étouffer dans un air pollué. Delhi est un exemple de mauvaise qualité de l’air, qui oscille entre « grave » et « dangereux » pendant une grande partie de l’année. Les causes en sont les particules PM2,5 émises par les centrales électriques au charbon, les fumées de la circulation dense, la pollution industrielle et le brûlage des chaumes par les agriculteurs des États voisins, le tout combiné au brouillard hivernal.

Bouc émissaire

Mais étant donné le rôle traditionnel de l’Inde en tant que principale voix du monde en développement, elle est devenue le visage du changement de langage de dernière minute lors de la COP26. La formulation « réduction progressive » de la consommation de charbon figurait déjà dans un accord bilatéral sur le climat entre les États-Unis et la Chine, signé plus tôt au cours de la conférence. Néanmoins, l’Inde est devenue le point de mire de l’opprobre mondial.

L’Inde ne mérite pas d’être le bouc émissaire. Pour commencer, le pays compte 17 % de la population mondiale, mais ne produit que 7 % des émissions mondiales de CO2. (La Chine, avec 18,5 % de la population mondiale, génère 27 % des émissions, et les États-Unis, avec moins de 5 % de la population mondiale, en produisent 15 %.) Alors que le gaspillage et la consommation d’énergie non durable sont monnaie courante en Occident, la plupart des Indiens vivent à un niveau proche du niveau de subsistance et beaucoup n’ont pas accès à l’énergie. Il est injuste et irréaliste d’attendre de l’Inde qu’elle atteigne les objectifs fixés par les pays riches.

Le développement économique – indispensable pour sortir des millions d’Indiens de la pauvreté – nécessite de l’énergie. Le charbon est peut-être polluant, mais il n’est pas envisageable pour un pays en développement de passer rapidement à des alternatives plus propres qui doivent être développées à grande échelle.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Abonnez-vous à notre Newsletter ! Ne loupez plus les dernières actualités économiques, environnementales, technologiques et plus encore. 

Je m'abonne !

S'abonner maintenant !

Promesses non tenues de l’occident

En outre, bien qu’ils disposent de ressources financières considérables et d’un accès à des combustibles fossiles plus propres tels que le gaz naturel (que l’Inde doit importer), les pays occidentaux n’ont pas fait grand-chose pour les aider. Ils n’ont pas tenu leurs promesses de financement du climat aux pays pauvres (notamment les 100 milliards de dollars par an qu’ils s’étaient engagés à fournir lors de la COP15 à Copenhague en 2009) et ont refusé de transférer des technologies vertes avancées. Et la COP26 a pointé du doigt le charbon utilisé par les pays en développement, et non le pétrole et le gaz largement utilisés en Occident.

Les besoins énergétiques de l’Inde devraient augmenter plus rapidement que ceux de tout autre pays au cours des deux prochaines décennies. Depuis la COP21 à Paris en 2015, l’Inde a annoncé des plans ambitieux pour augmenter sa production et son utilisation des énergies renouvelables, qui ne représentent actuellement que 18 % de sa production d’électricité. Et lors de la COP26, l’Inde a complété son engagement explicite à éliminer progressivement le charbon par une promesse d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2070.

L’Inde a également mis à jour ses contributions déterminées sur le plan national, qu’elle doit remplir d’ici à 2030. Le pays s’engage désormais à porter sa capacité installée en énergies renouvelables à 500 gigawatts et à satisfaire 50 % de ses besoins énergétiques à partir de sources non fossiles. En outre, l’Inde entend réduire ses émissions de CO2 d’un milliard de tonnes et diminuer l’intensité de ses émissions (qui mesure les émissions par unité de croissance économique) de 45 % par rapport aux niveaux de 2005.

Pas d’alternative immédiate

Pour l’instant, il n’existe pas d’alternative viable au charbon. Bénéficiant d’un ensoleillement abondant, l’Inde est devenue une adepte de l’énergie solaire et prévoit de produire 40 GW d’énergie verte à partir d’installations solaires sur les toits d’ici 2022. Mais elle a atteint à peine 20 % de cet objectif jusqu’à présent. De grandes quantités d’énergie solaire ne peuvent être produites du jour au lendemain, et le stockage par batterie reste coûteux, tandis que la technologie et les installations d’hydrogène vert ne sont toujours pas disponibles en Inde. L’énergie éolienne est minuscule, et le pays ne dispose pas de réserves importantes de pétrole et de gaz. L’énergie nucléaire représente moins de 2 % de l’électricité indienne, et les centrales nucléaires se heurtent constamment à l’opposition des habitants des zones environnantes.

Par conséquent, les performances de l’Inde en matière d’émissions de gaz à effet de serre vont empirer avant de s’améliorer. Selon une étude de BP, la part de l’Inde dans les émissions mondiales passera à 14 % en 2040. Le charbon représentera alors 48 % de la consommation d’énergie primaire du pays, et les énergies renouvelables seulement 16 %. Et en raison de la forte dépendance de l’Inde à l’égard de l’agriculture, qui occupe près des deux tiers de sa population, et de son vaste cheptel bovin, le pays n’a pas signé l’accord mondial annoncé lors de la COP26 pour réduire les émissions de méthane.

Bien entendu, la réduction des émissions n’est pas le seul moyen de lutter contre le changement climatique. L’Inde prévoit de faire passer un tiers de sa superficie sous couvert forestier et de planter suffisamment d’arbres d’ici à 2030 pour absorber 2,5 à 3 milliards de tonnes supplémentaires de CO2 atmosphérique. L’Inde a pris un bon départ, avec une augmentation de la couverture forestière de 5,2 % entre 2001 et 2019, mais les progrès sont inégaux, le nord-est perdant sa couverture forestière tandis que le sud s’améliore visiblement.

Pourtant, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime que l’objectif de zéro émission nette à l’échelle mondiale d’ici à 2050 est le minimum requis pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels. Le Climate Action Tracker calcule que, sur la base des objectifs climatiques actuels des pays pour 2030, le monde se dirige vers une augmentation de la température de 2,4 °C d’ici 2100. Certains scientifiques avertissent que le réchauffement de la planète pourrait finir par dépasser les 4 °C.

Si cela se produit, les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et l’élévation du niveau des mers qui en résulteront entraîneront des pertes humaines dévastatrices, l’extinction massive d’espèces animales et végétales et des dommages irréversibles à notre écosystème. L’Inde serait une victime majeure d’une telle calamité. Le pays fera donc un effort volontaire, mais dans la limite de ses capacités.

https://www.say.media/RVZlKE4