L’empire (ottoman) contre-attaque (1) Istanbul, un pont entre Orient et Occident.

L’empire (ottoman) contre-attaque

ABONNÉS • Dans son voisinage immédiat, l’Union européenne est confrontée à trois anciennes puissances mondiales obsédées par leur grandeur impériale passée : la Russie, la Turquie et désormais le Royaume-Uni. Chacun de ces pays a une relation particulière avec l’Europe, aussi bien à l’heure actuelle que d’un point de vue historique, et ils présentent tous certains points communs. Mais c’est la Turquie qui devrait concentrer l’attention des Européens (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

La Russie de Poutine se raccroche avec nostalgie aux souvenirs de son statut de superpuissance. Erdogan rêve de restaurer l’ascendance géopolitique et culturelle de l’Empire ottoman, des Balkans aux marches occidentales de l’Asie centrale, et de la Méditerranée orientale à la côte nord-africaine (Libye), et jusqu’au Golfe persique. Enfin, le Royaume-Uni est à la recherche de son identité dans l’isolement qu’il s’est imposé, même s’il maintient des liens étroits avec l’Europe continentale par le biais de l’OTAN et en raison de fortes relations historiques et culturelles.

Pour le meilleur ou pour le pire, l’Europe partage son continent avec ces trois voisins difficiles. Elle doit donc coopérer avec chacun d’entre eux pour parvenir à une coexistence pacifique. La Russie est trop immense et militairement puissante pour que l’Europe puisse gérer seule cette relation. À cet égard, elle restera dépendante de la protection américaine, en particulier au vu des menaces que fait peser la Russie sur l’Europe de l’Est et les États baltes.

L’Europe ne doit pas non plus perdre de vue la situation à plus long terme, qui se concentrera inévitablement sur la Chine. Celle-ci a déjà établi une présence en Iran et démontré qu’elle dispose des capitaux, du savoir-faire et de la technologie nécessaires pour faire valoir sa puissance et son influence au-delà de ses frontières. Si elle parvient à transformer son initiative sur la Route de la soie en un chapelet de tremplins géopolitiques, elle pourrait prochainement se positionner à la frontière sud-est de l’Europe. Une configuration que personne en Europe n’a envisagée. Mais son principal défi est ailleurs.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/tTyZwzv