Éviter la mort lente de l’ONU L a sculpture en bronze, The Knotted Gun de Carl Reutersward réalisée en 1993 est située au siège de l’ONU.

Éviter la mort lente de l’ONU

Durant une grande partie de leur existence, les Nations Unies ont vécu bien à l'abri de l'adage rassurant : « si cela n'existait pas, il faudrait l'inventer ». À présent que cette institution atteint l'âge canonique de 75 ans (un âge assez avancé pour être candidat à la présidence des États-Unis en 2020), l'organisation jouit encore de l'assentiment général dans les sondages d'opinion mondiaux.

Mais sous la surface, l'ONU traverse des difficultés réelles. Si l'on en juge par les médias traditionnels et les médias sociaux, les questions mises à l'ordre du jour de l'ONU ne suscitent qu'un faible intérêt. Pire encore, lorsqu'il s'agit du maintien de la paix et de la sécurité, l'ONU est souvent contrariée par le dysfonctionnement de son Conseil de sécurité, qui traduit lui-même un monde de plus en plus divisé. Que ce soit en Syrie, au Yémen ou en Libye, les progrès vers l'instauration de la paix se font à pas de tortue, et bien plus de décisions ont été prises sur le champ de bataille plutôt que par le Conseil de sécurité. Ces mêmes divisions ont également ralenti la défense des droits de l'homme, tout comme les récentes élections qui ont accordé des sièges au Conseil des droits de l'homme de l'ONU à la Russie, à Cuba et à la Chine.

Bien sûr, l'ONU a toujours été à l'image du monde qu'elle représente. Il y a eu un large soutien de ses membres en faveur d'une ONU forte uniquement au cours de ses premières années, ainsi que lors des premières années du mandat de Kofi Annan comme Secrétaire général à la fin des années 1990. En dehors de cela, les Nations unies ont généralement fait face à de forts vents contraires. À présent, un certain nombre de changements politiques et démographiques redistribuent rapidement les cartes du monde pour l'ONU.

Le monde actuel est globalement plus jeune. La puissance américaine semble avoir atteint son sommet et la distribution mondiale du pouvoir est en train de se redistribuer vers la Chine et vers d'autres pays. Dans le même temps, la pandémie de COVID-19 a rendu le monde plus pauvre, tout comme le passage au numérique l'a rendu moins équitable.

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/YV3E6Ee