Covid-19 pourquoi la désinformation fonctionneshutterstock_1797455536

Covid-19 : pourquoi la désinformation fonctionne

La diffusion endémique de fausses informations sur le coronavirus a été attribuée à des politiciens qui ont fait la promotion de remèdes allant des médicaments antipaludéens aux boissons à base de plantes. Mais la façon dont les êtres humains traitent les connaissances joue un rôle important pour comprendre pourquoi tant de personnes ont cru à ces « remèdes ».

Lors de la réunion de l'Assemblée générale des Nations unies en septembre, le président brésilien Jair Bolsonaro a utilisé le temps qui lui était imparti à la tribune pour exposer son point de vue sur la Covid-19 en vantant les mérites de traitements qui ont été rejetés par les scientifiques. Il a en outre proclamé avoir bénéficié de l'hydroxychloroquine, le fameux médicament antipaludique.

Le soutien de Bolsonaro à ces « remèdes miracles » est bien connu. Il est apparu régulièrement dans la presse brésilienne et sur les réseaux sociaux pour promouvoir l'utilisation de traitements hors étiquette qui n'ont aucun fondement scientifique. Et il n'est pas le seul. Au cours de son administration, l'ancien président américain Donald Trump a plaidé en faveur de divers remèdes non éprouvés, et le président de Madagascar, Andry Rajoelina, a parrainé une boisson dérivée de l'herbe artemisia pour traiter la Covid-19. Au grand désespoir de la communauté scientifique, ces politiciens - et d'autres - ont réussi à convaincre une grande partie du public de l'efficacité et de la sécurité de ces traitements.

La désinformation a fait rage pendant la pandémie, mais ce n'est pas un phénomène nouveau. Dans leurs travaux fondamentaux sur la perception de l'aide sociale aux États-Unis, le politologue James Kuklinski et ses collègues ont montré qu'une part importante de la population américaine avait des croyances erronées sur les bénéficiaires de l'aide publique et les prestations qu'ils recevaient. Ils ont également constaté que la prévalence de la désinformation empêchait les informations exactes de gagner du terrain. Les personnes mal informées ne se contentent pas d'avoir des informations inexactes ; elles sont fortement investies dans leurs idées fausses. Et c'est ce qui rend la désinformation si puissante : elle associe des perceptions erronées du monde à un haut degré de confiance dans leur exactitude.

Raisonnement motivé

Les gens ne croient pas les fausses informations parce qu'ils sont ignorants. De nombreux facteurs entrent en jeu, mais la plupart des chercheurs s'accordent à dire que la croyance en la désinformation n'a pas grand-chose à voir avec le niveau de connaissances d'une personne. La désinformation est un excellent exemple de raisonnement motivé. Les gens ont tendance à arriver aux conclusions qu'ils veulent atteindre tant qu'ils peuvent construire des justifications apparemment raisonnables pour ces résultats. Une étude publiée en 2017 a montré que les personnes qui ont une plus grande connaissance et éducation scientifique sont plus susceptibles de défendre leurs croyances polarisées sur des sujets scientifiques controversés en raison de « préoccupations non scientifiques. »

L'une des plus puissantes de ces préoccupations est la préservation de l'identité. Les dirigeants politiques sont plus efficaces pour propager la désinformation lorsqu'ils exploitent la peur des citoyens de perdre ce qu'ils perçoivent comme des aspects déterminants de leur culture, en particulier la langue, la religion et les hiérarchies et rôles raciaux et sexuels reçus. Dans les environnements politiques polarisés, le succès de la désinformation n'a pas grand-chose à voir avec les faibles niveaux de connaissance ou d'engagement, mais plutôt avec la façon dont l'information est interprétée d'une manière qui correspond à l'identité partisane. Le prisme du « nous contre eux » signifie que les différents éléments d'information que les gens reçoivent sont traités d'une manière qui convient à leur vision du monde. C'est pourquoi les individus peuvent tirer des conclusions étonnamment divergentes des mêmes faits.

Volonté de croire et manipulation

Lorsque les dirigeants politiques colportent des traitements non éprouvés contre la Covid-19, ils capitalisent sur cette tendance à la polarisation. Mais une focalisation excessive sur ces leaders peut masquer la principale raison pour laquelle les gens adhèrent à ces messages. La volonté de croire à la désinformation est ancrée dans des aspects sous-jacents de l'identité culturelle, que les politiciens manipulent.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Abonnez-vous à notre Newsletter ! Ne loupez plus les dernières actualités économiques, environnementales, technologiques et plus encore. 

Je m'abonne !

S'abonner maintenant !

Des recherches récentes menées par Mariana Borges Martins da Silva, titulaire d'une bourse postdoctorale à l'université d'Oxford, ont montré que l'une des raisons pour lesquelles les Brésiliens font confiance en des traitements tels que ceux promus par Bolsonaro est une croyance culturelle profonde selon laquelle le « médecin sérieux » est celui qui prescrit des médicaments. Bolsonaro n'a pas eu à convaincre les Brésiliens des bienfaits de l'ivermectine et de la chloroquine. Il lui suffisait de confirmer la norme selon laquelle les maladies potentiellement graves doivent toujours être traitées par des médicaments. Il a fourni un récit qui a permis à des segments de la population d'arriver à la conclusion qu'ils souhaitaient. Et c'était suffisant.

Il est essentiel de comprendre les moteurs de la désinformation pour en empêcher la propagation. Pour mettre les gens à l'abri de la Covid-19 et encourager la vaccination, il ne suffit pas de dénoncer les politiciens qui promeuvent de fausses informations. Nous devons également comprendre les motivations sous-jacentes qui poussent les gens à y croire.

https://www.say.media/XHnyPqA