Comment rendre économiquement viable la décarbonation - shutterstock_2056438037

Comment rendre économiquement viable la décarbonation

La volatilité des prix de l’énergie de cette année nous rappelle douloureusement ce qu’implique la transition vers une économie à zéro émission nette. Pour que l’effort soit couronné de succès, les pays à tous les niveaux de développement devront être entraînés, ce qui signifie que le monde devra faire beaucoup plus pour gérer l’approvisionnement en énergie.

Tous les regards sont tournés vers la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26) qui se tient à Glasgow ce mois-ci. Les médias ont largement couvert les manifestations de jeunes, la diplomatie de haut niveau et les nouveaux accords visant à réduire le méthane et à protéger les forêts du monde. Mais aucune tâche n’est plus importante que de rendre la décarbonation compatible avec les efforts visant à favoriser le développement économique dans les régions négligées du monde. Si les économies en développement – et les personnes à faibles revenus dans les économies développées – ne sont pas mises à contribution, les objectifs climatiques mondiaux resteront hors de portée.

En lisant les commentaires récents sur ce sujet, je me suis surpris à me remémorer les crises pétrolières des années 1970, que j’ai étudiées de près dans le cadre de mon doctorat. Parmi les analyses les plus stimulantes, on trouve une note d’orientation pour le Peterson Institute for International Economics de mon bon ami Jean Pisani-Ferry, qui affirme que « la politique climatique est une politique macroéconomique, et les implications seront importantes. » Lui aussi voit de nombreuses comparaisons – ainsi que des contrastes clés – avec le choc pétrolier des années 1970.

J’ai déjà écrit sur mon expérience de docteur lorsqu’il s’agissait de prédire l’évolution des prix du pétrole brut. Je repense souvent à ces trois années solitaires et incertaines, car si j’ai eu la chance de pouvoir entreprendre un tel projet, je soupçonne parfois que le mien n’était pas aussi valable que d’autres. Non seulement je disposais de données extrêmement pauvres pour travailler, mais il était également difficile de prouver quoi que ce soit. Pourtant, en plus de tester ma capacité de réflexion indépendante, j’ai appris une leçon inestimable : ne faites jamais confiance à personne lorsqu’il s’agit de prévoir les prix du pétrole.

Le scénario du premier choc pétrolier

Prenons l’exemple des travaux de recherche sur les chocs pétroliers des années 1970 qui ont été publiés à l’époque (dont la plupart ont été recensés dans le cadre de mes études, et que j’ai conservés depuis). Le consensus était alors que les chocs avaient inauguré une nouvelle ère de hausses erratiques, mais persistantes des prix du pétrole. En fait, c’est exactement le contraire qui s’est produit pendant la majeure partie des années 1980 et 1990.

La raison de cette tendance n’est pas encore tout à fait claire. Mais parmi les explications probables, il y a eu une forte réaction de l’offre à la hausse des prix, sous la forme d’une augmentation des investissements dans la production et la prospection pétrolières, ainsi que dans les solutions de remplacement, et une forte réaction de la demande, qui s’est traduite par des améliorations de l’efficacité énergétique. Les modèles de consommation d’énergie du Japon depuis les années 1970 fournissent des preuves significatives à l’appui de cette hypothèse.

Nombre de commentateurs et de conseillers politiques qui font aujourd’hui pression en faveur d’une taxe carbone plus élevée espèrent recréer ce scénario du côté de la demande sans les mouvements correspondants du côté de l’offre. Mais comme nous l’avons vu cette année, cette approche pose un problème, car nous ne pouvons pas passer de 80 % de combustibles fossiles à 0 % du jour au lendemain. Des initiatives plus fortes pour décourager, voire pénaliser, la production et le financement des combustibles fossiles signifient qu’il y aura moins d’offres marginales de combustibles fossiles en circulation. C’est précisément l’objectif de ces politiques. Pourtant, lorsqu’il y a un pic de la demande d’énergie – en raison d’une forte reprise après une récession, comme c’est le cas actuellement – nous aurons besoin de toute l’énergie que nous pouvons obtenir. Sinon, ce sera le chaos au niveau des prix, avec toute l’instabilité sociale et politique que cela implique.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Abonnez-vous à notre Newsletter ! Ne loupez plus les dernières actualités économiques, environnementales, technologiques et plus encore. 

Je m'abonne !

S'abonner maintenant !

En conséquence, les décideurs politiques, qui sont déjà confrontés à l’énorme défi de faire en sorte que le monde s’éloigne des combustibles fossiles, doivent également trouver des moyens d’éviter une forte volatilité des prix du pétrole, du gaz et de l’électricité.

Expansion des réserves énergétiques

Une idée contre-intuitive consisterait en ce que les décideurs du G20 – ou peut-être tous les États membres des Nations unies – se mettent d’accord sur un schéma d’expansion des réserves de pétrole, de gaz et peut-être même de charbon, à condition que ces réserves ne soient exploitées qu’en cas d’urgence. Par exemple, la référence convenue pourrait être un mouvement des prix au comptant de plus de deux écarts types par rapport à la moyenne mobile de 200 jours.

Bien sûr, un tel système soulèverait de sérieux problèmes. Si les réserves ne sont pas assez importantes, un mauvais acteur pourrait essayer de précipiter une crise de l’offre et en tirer un profit massif en tant que fournisseur de dernier recours. Mais c’est une raison de plus pour convenir d’un cadre suffisamment solide – et de réserves suffisamment importantes – pour prévenir toute menace de ce type. En outre, en l’absence d’une initiative mondiale en matière de réserves stratégiques, les pics de prix de l’énergie enregistrés cette année pourraient devenir une nouvelle norme, ce qui pourrait faire dérailler les autres accords issus des conférences mondiales sur le climat.

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère où la crise climatique, et ce qu’elle signifie pour les générations futures, reçoit enfin l’attention mondiale dont elle a besoin. Mais nous sommes également entrés dans une période où les décideurs politiques devront faire davantage pour garantir que les bénéfices du capitalisme soient plus équitablement partagés. Cela signifie qu’il faut épargner les économies en développement – et les personnes à faibles revenus partout dans le monde – des turbulences alimentées par les chocs des prix mondiaux de l’énergie. Faute de quoi, les engagements ambitieux des pays riches en matière de réduction nette des émissions, pris avec les meilleures intentions du monde, n’auront servi à rien.

https://www.say.media/nPhUtNf