Coder donne des pouvoirs magiques - icono © Halfpoint - Shutterstock

« Coder donne des pouvoirs magiques »

Lorsqu’en 2013 Frédéric Bardeau crée le Cours Simplon, une école de formation du numérique gratuite et inclusive, c’est avec une triple ambition : répondre à la pénurie de main-d’œuvre, permettre l’accès à l’emploi aux populations qui en sont le plus éloignées et modifier la sociologie d’un secteur dépourvu de mixité. Une démarche militante qui fait florès.
(paru dans SAY 5, 3e trim. 2021)

SAY : Il y a huit ans, vous créez le Cours Simplon, une école du numérique gratuite et inclusive. D’où vous est venue l’idée ?

Frédéric Bardeau : Cela faisait des années que j’étais fou de numérique – parce que j’y vois un vecteur de liberté et de création d’emplois et aussi parce que je crois toujours en l’utopie d’origine visant à créer une communauté virtuelle, mixte, égalitaire, et engagée. C’est en croisant ces univers que j’ai eu l’idée de Simplon qui est ma deuxième entreprise sociale. À l’époque, le phénomène des bootcamps explosait aux États-Unis : des centres ouvraient et proposaient des formations au numérique très courtes et très chères. Avec mes trois associés de l’époque, nous avons cherché à nous inspirer de cette méthode intensive, en lui ajoutant une dimension sociale afin de créer un centre de formation numérique gratuit et inclusif destiné à un public de réfugiés, de personnes en situation de handicap et décrocheurs scolaires.

SAY : L’ambition à l’origine du projet est donc à la fois économique et sociale ?

Nous espérons que vous appréciez SAY.

Pour continuer votre lecture, abonnez-vous.

S'abonner

https://www.say.media/RRvgx80