Brexit : l’heure des décisions difficiles Le Premier ministre britannique Boris Johnson arrive au 10 Downing Street (Londres,  10 novembre 2020)

Brexit : l’heure des décisions difficiles au Royaume-Uni

Le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson a récemment expliqué comment la Grande-Bretagne utilisera sa prétendue liberté en dehors de l’Union européenne. Mais le pays est confronté à un nombre croissant de choix difficiles que Johnson ne pourra pas éviter plus longtemps.

Depuis que le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne, les relations avec ses voisins continentaux sont allées de mal en pis. Des deux côtés, un mélange toxique de méfiance et de nationalisme imprègne de plus en plus presque toutes les questions litigieuses.

Du côté de l’Europe, la Commission européenne et plusieurs États membres ont mal géré le déploiement du programme de vaccination Covid-19 de l’Union. Celle-ci a dirigé ses menaces de protectionnisme vaccinal principalement vers le Royaume-Uni, dont la campagne de vaccination s’est jusqu’à présent bien déroulée, tandis que certains gouvernements européens ont critiqué de manière dommageable l’efficacité du vaccin Oxford-AstraZeneca.

Les plaintes concernant le vaccin, mis au point par des experts de renommée mondiale de l’Université d’Oxford, vont à l’encontre des preuves scientifiques objectives, ce qui ne manque pas de susciter des soupçons de sentiment antibritannique. De plus, elles ont rendu certains Européens réticents à recevoir le vaccin Oxford-AstraZeneca et ont attisé le sentiment anti-vaccin plus généralement, garantissant ainsi de nouveaux décès évitables dus à la Covid-19. De nombreux gouvernements européens ont mis trop de temps à revenir à la raison et à reprendre le déploiement du vaccin avec le plein soutien des autorités sanitaires.

Le gouvernement britannique, quant à lui, a de nouveau délibérément violé l’accord de retrait de l’Union européenne que le Premier ministre Boris Johnson a signé au début de l’année dernière. Le Royaume-Uni a choisi de se retirer de l’union douanière et du marché unique de l’UE, alors que la République d’Irlande (État membre) continue de faire partie des deux. Ainsi, la seule façon d’éviter le rétablissement d’une frontière entre les deux Irlandes (ce qui remettrait en cause l’accord du Vendredi Saint de 1998 qui a apporté la paix dans cette province britannique) est que l’Irlande du Nord reste dans l’union douanière avec une sorte de frontière entre elle et le continent britannique.

Johnson s’est engagé dans cette voie, chose que son prédécesseur, Theresa May, a refusé de faire, puis il a nié l’existence d’une telle frontière. Maintenant, son ministre européen, David Frost (qui est à la diplomatie ce qu’une tronçonneuse est à l’origami), a annoncé que le Royaume-Uni ignorera l’accord de retrait jusqu’à ce que celui-ci lui donne satisfaction. Cette position confond les efforts patients pour trouver des moyens d’atténuer les problèmes inévitables qui découleront de la présence d’une frontière en mer d’Irlande.

Ainsi, ce qui aurait dû être une période calme de développement des relations post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne s’est transformé en une véritable rixe. Pendant ce temps, le gouvernement de Johnson a récemment expliqué comment le Royaume-Uni utilisera sa liberté supposée en dehors de l’Union dans un document politique qui tente d’étoffer le concept de « Global Britain », comme si le pays n’avait pas eu d’intérêts et d’influence mondiaux depuis des siècles.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Il s’agit d’un essai élégamment écrit, parsemé de particularités bien connues de Johnson. Par exemple, il reflète fidèlement sa prédilection à essayer d’avoir le beurre et l’argent du beurre, et donc à éviter les choix difficiles. Mais comme presque tous les économistes et chefs d’entreprise sérieux s’attendent à un ralentissement de la croissance économique dans un avenir prévisible (du fait que la Grande-Bretagne a quitté son principal marché d’exportation), les choix difficiles ne seront pas évités au Royaume-Uni. Il n’est pas surprenant que le gouvernement n’ait pas publié de projection officielle de l’impact économique du Brexit ; si les chiffres étaient bons, ils seraient publiés en gras.

Bien que peu de gens pensent que l’économie britannique va s’effondrer, les exportations de marchandises vers l’Union européenne ont diminué de 40 % en janvier, immédiatement après l’entrée en vigueur des nouvelles règles commerciales entre le Royaume-Uni et l’Union. Il est évident qu’une partie de cette baisse est due à la pandémie, aux problèmes de démarrage des nouveaux contrôles frontaliers entre le Royaume-Uni et l’Union européenne et à la constitution de stocks de fin d’année. Mais personne ne sera surpris si la tendance se poursuit. Pendant que les ministres cherchent des excuses, les entreprises doivent faire face à des coûts plus élevés, à davantage de paperasserie et à des retards de livraison.

Global Britain contournera apparemment ces problèmes en trouvant de nouveaux marchés en Asie. Le document de politique générale de Johnson suggère que le Royaume-Uni déplace son attention sur le commerce et la sécurité vers l’est. Ayant passé une grande partie de ma vie à travailler en Asie et à entretenir des relations avec les pays asiatiques, notamment l’Inde, la Chine et le Japon, je suis bien disposé à l’égard de cette idée en principe. Mais qu’est-ce que cela signifie dans la pratique ?

Les nouvelles activités en Asie ne peuvent pas remplacer toutes les activités que le Royaume-Uni risque actuellement de perdre en Europe. Il n’y a pas de tunnel entre Folkestone et New Delhi, et il n’y a pas 10 000 camions de marchandises par jour qui font la navette entre Douvres et Shanghai. Malgré les progrès spectaculaires de la technologie, les pays, invariablement, commercent davantage avec leurs voisins proches qu’avec leurs amis lointains.

En outre, l’appartenance à l’Union européenne n’a pas empêché le Royaume-Uni de faire des affaires avec l’Asie par le passé. Mais alors que les exportations de biens de l’Allemagne vers la Chine ont totalisé 96 milliards d’euros (115 milliards de dollars) en 2019, celles du Royaume-Uni se sont élevées à seulement 25,1 milliards de livres (35 milliards de dollars). Et si les exportations britanniques vers la Chine ont augmenté en moyenne annuelle de 3,7 % en termes réels depuis 1980, les exportations chinoises vers la Grande-Bretagne ont augmenté de plus de 9 % par an sur la même période, selon le Fonds monétaire international.

Le renforcement des liens commerciaux entre le Royaume-Uni et la Chine placerait Johnson devant un autre choix difficile. La Grande-Bretagne continuera-t-elle à se tenir aux côtés d’autres démocraties libérales comme les États-Unis, le Canada, l’Australie et le Japon pour tenter de contenir la menace que la Chine fait peser sur sa région et sur l’état de droit international ? Ou bien fera-t-elle des courbettes chaque fois que le régime du président Xi Jinping s’obstinera ? Ceux d’entre nous qui exhortent le Royaume-Uni à faire un choix à cet égard n’appellent pas à une guerre froide avec la Chine, comme le suggère Johnson, mais plutôt à une meilleure gestion de nos relations avec tous ceux qui veulent limiter le comportement cruel, brutal et douteux de la Chine.

Outre la doctrine qui consiste à avoir le beurre et l’argent du beurre, l’examen de la politique du gouvernement reflète un autre trait caractéristique de Johnson : un gouffre entre les aspirations et la réalité, qui ne peut être comblé par la fiction et le mensonge. À titre d’exemple, la stratégie prévoit que le Royaume-Uni devienne un leader mondial dans le domaine des sciences et de la technologie. Mais le jour même où le gouvernement a annoncé cet objectif, les universités britanniques ont exprimé leur profonde inquiétude quant aux réductions possibles du financement de la recherche, notamment dans le domaine des sciences, en raison en partie du Brexit, qui a obligé ces institutions à quitter les programmes de recherche de l’Union européenne.

Ainsi, les choix difficiles du Royaume-Uni s’accumulent, et les problèmes qui se profilent à l’horizon semblent menaçants. La Grande-Bretagne devra tirer le meilleur parti du Brexit. Mais ce sera une lutte longue et difficile, d’autant plus avec un fabuliste évasif aux commandes.

https://www.say.media/0Yt6MOE