Biden voit les choses en grand (1)

Biden voit les choses en grand

Le président américain Joe Biden a fait passer un plan de redressement de 1 900 milliards de dollars pour aider l’économie américaine à se remettre de la pandémie et qui devrait considérablement stimuler l’économie. Il sera générateur de croissance, de recettes fiscales, et pourra rebattre plus équitablement les cartes afin d’aider les citoyens et les entreprises économiquement plus vulnérables, ce qui devrait également relancer la consommation (paru dans SAY 4, 2e trim. 2021).

De nombreux républicains s’opposent à ce plan, soudainement pris par la religion fiscale qu’ils abandonnent sans réfléchir lorsque leur parti détient le contrôle de la Maison-Blanche. Les réductions d’impôts massives que le gouvernement a accordées aux milliardaires et aux entreprises en 2017 ont entraîné les déficits budgétaires américains les plus élevés jamais enregistrés, exception faite des cas de profonde récession ou de guerre. Mais les investissements et la croissance promis ne se sont jamais concrétisés.

Stimulation

En revanche, le plan de dépenses proposé par Biden s’impose d’urgence. Les données publiées récemment montrent un ralentissement de la reprise aux États-Unis, tant en matière de PIB que d’emploi. Il est évident que le plan de relance apportera une énorme stimulation à l’économie et que la croissance économique générera des recettes fiscales substantielles, non seulement pour le gouvernement fédéral, mais aussi pour les États et les municipalités qui sont maintenant privés des fonds dont ils ont besoin pour fournir des services essentiels.

Les opposants au plan Biden lancent également une mise en garde fallacieuse contre l’inflation – cette menace fantasmée qui est plus imaginaire que réelle aujourd’hui. En effet, certaines données suggèrent que les salaires pourraient être en baisse dans certaines parties de l’économie. Mais si l’inflation se manifeste, les États-Unis disposent d’outils monétaires et fiscaux suffisants.

L’économie se porterait certainement mieux sans taux d’intérêt zéro. Il serait également préférable que les responsables politiques augmentent les impôts en prélevant des taxes sur la pollution et en rétablissant une plus grande progressivité du système fiscal. Il n’y a aucune raison valable pour que les Américains les plus riches paient moins d’impôts en pourcentage de leur revenu que ceux qui sont beaucoup moins bien lotis. Étant donné que les Américains riches ont été les moins touchés médicalement et économiquement par la pandémie de coronavirus, le système fiscal régressif américain n’a jamais paru aussi laid.

Effet Domino

Nous avons vu comment la pandémie a ravagé certains secteurs de l’économie, entraînant des taux élevés de fermeture d’entreprises, en particulier parmi les petites entreprises. Il existe un risque réel que le fait de ne pas adopter un vaste plan de relance provoque des dégâts énormes, voire durables. En effet, de mauvaises performances économiques accroissent l’anxiété économique (aggravant l’anxiété induite par la pandémie elle-même). Cela conduit à une spirale descendante dans laquelle un comportement de précaution réduit la consommation et l’investissement, affaiblissant encore davantage l’économie.

Contagion

En effet, quelle qu’en soit la cause, la faiblesse des bilans et les faillites d’entreprises alimentent une contagion qui va infecter l’ensemble de l’économie, avec de puissants effets d’hystérésis qui entrent en jeu. Après tout, les entreprises qui ont fait faillite dans le cadre de la pandémie ne se remettront pas d’elles-mêmes lorsque la Covid-19 sera maîtrisée.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Le fait que la Covid-19 soit une pandémie – d’envergure mondiale – aggrave la situation. Si les meilleures données disponibles suggèrent que de nombreux pays en développement et marchés émergents n’ont pas été aussi durement touchés qu’on le craignait il y a un an, le ralentissement sans précédent de l’économie mondiale implique un ralentissement de la demande d’exportations américaines.

Les pays les plus pauvres n’ont pas les ressources nécessaires pour soutenir leur économie comme le font les pays développés. La Chine a joué un rôle important dans la reprise après la crise financière mondiale de 2008. Même si elle a été la seule grande économie à croître en 2020, sa reprise a été nettement plus faible que lors de la crise de 2008 (lorsque la croissance annuelle du PIB a dépassé 9 % et 10 % en 2009 et 2010, respectivement). De plus, la Chine laisse désormais ses excédents commerciaux s’accroître, ce qui donne moins d’impulsion à la croissance mondiale.

Un plan prometteur

Comme le plan Biden intègre les principales mesures qui doivent être prises, il promet des rendements importants. La première priorité est de s’assurer que des fonds sont disponibles pour lutter contre la pandémie, pour permettre aux enfants de retourner à l’école et pour permettre aux États et aux localités de continuer à fournir les services de santé, d’éducation et autres dont les gens dépendent. La prolongation de l’assurance chômage permettra d’aider les personnes vulnérables, et en rassurant les populations, elle entraînera une augmentation des dépenses, ce qui aura des effets bénéfiques sur l’ensemble de l’économie.

Le moratoire sur les expulsions jusqu’au 31 mars et l’aide aux familles à faibles revenus encourageront également les dépenses. De manière plus générale, il est bien établi que les populations pauvres ont une forte propension à consommer, donc un train de mesures visant à augmenter les revenus à la base (notamment une augmentation du salaire minimum, des crédits pour enfants et du crédit d’impôt sur le revenu du travail) contribuera à relancer l’économie.

Sous le président Donald Trump, les programmes axés sur les petites entreprises n’ont pas été aussi efficaces qu’ils auraient pu ou dû l’être – en partie parce qu’une trop grande partie de l’argent est allée à des entreprises qui n’étaient pas vraiment petites, et en partie à cause d’une série de problèmes administratifs. Il semble que l’administration Biden soit en train de régler ces problèmes. Si c’est le cas, l’extension de l’aide aux entreprises ne sera pas seulement utile à court terme, mais elle permettra également de remettre l’économie sur pied à mesure que la pandémie s’atténuera.

Les économistes débattront sans doute de tous les aspects de ce programme : combien d’argent devrait aller ici ou là, quel devrait être le seuil pour recevoir des prestations en espèces et quels sont les éléments déclencheurs optimaux pour réduire le programme d’assurance chômage. Les personnes raisonnables peuvent ne pas être d’accord sur ces détails. Les ajuster fait partie de la base du compromis politique.

Mais là où il ne devrait pas y avoir de désaccord, c’est sur le fait que de grandes quantités d’argent sont nécessaires de toute urgence, et que l’opposition à cet égard est à la fois insensible et dangereusement irréfléchie.

https://www.say.media/JrM5p4I