052_1785605549 © B.Zhou – Shutterstock

Au bord de la guerre avec la Chine

Les risques d’une guerre froide sino-américaine sont bien plus importants aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a quelques mois. Qui plus est, les risques d’une véritable guerre résultant d’un incident impliquant les forces armées du pays sont également plus importants.

Les observateurs des relations entre les États-Unis et la Chine parlent de plus en plus d’une nouvelle guerre froide. Outre une longue guerre commerciale, les deux pays se trouvent maintenant dans un cycle destructeur de sanctions mutuelles, de fermetures de sièges diplomatiques et de discours officiels de plus en plus belliqueux. Les efforts visant à découpler l’économie américaine de celle de la Chine sont en cours alors que les tensions s’accentuent dans la mer de Chine méridionale et le détroit de Taïwan.

Une guerre froide entre les États-Unis et la Chine aggraverait la situation des deux pays et du monde entier. Elle serait dangereuse et coûteuse, notamment parce qu’elle empêcherait la coopération nécessaire sur toute une série de problématiques régionales et mondiales. Qui plus est, les risques d’une véritable guerre résultant d’un incident impliquant les forces armées du pays sont également plus importants.

Certains disent que la confrontation sino-américaine est inévitable, résultat des frictions entre une puissance établie et son challenger. Mais pour le meilleur et pour le pire, peu de choses sont inévitables dans l’histoire. Une évaluation plus sérieuse de la façon dont nous en sommes arrivés là commence avec la Chine. Ces dernières années, et de plus en plus ces derniers mois, le gouvernement chinois s’est engagé sur une voie plus affirmée, tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger. Cela se reflète par exemple dans les mesures de répression prises par la Chine à Hong Kong ; dans le traitement inhumain de la minorité musulmane ouïgoure ; dans les affrontements le long de la frontière avec l’Inde ; dans le torpillage d’un navire vietnamien en mer de Chine méridionale, et dans les démonstrations régulières de force militaire près de Taïwan et des îles Senkaku, que la Chine et le Japon revendiquent.

L’espoir que l’intégration dans l’économie mondiale entraînerait une Chine plus ouverte et plus respectueuse des règles ne s’est pas concrétisé. Cette situation a précipité une profonde désillusion à l’égard de la Chine aux États-Unis. Cela a aggravé les tensions sous-jacentes découlant du vol par la Chine de la propriété intellectuelle américaine et de pratiques commerciales que beaucoup blâment pour la perte d’emplois dans le secteur manufacturier américain.

Covid-19 ou revirement structurel ?

Pourquoi la Chine a-t-elle ainsi viré de bord ? Le président Xi Jinping a pu vouloir saisir l’occasion de faire progresser les intérêts chinois alors que les États-Unis sont occupés ailleurs. Mais la Chine peut aussi espérer détourner l’attention de sa mauvaise gestion initiale du virus et du ralentissement économique dû à la pandémie. Ce ne serait pas la première fois qu’un gouvernement se tourne vers le nationalisme pour détourner la conversation politique. Tout cela se passe pendant une campagne électorale américaine, et l’administration du président Donald Trump cherche à blâmer les autres pour sa propre gestion inepte de la pandémie.

Il est certain que la Chine porte une responsabilité importante, car elle a d’abord supprimé les informations sur l’épidémie, a été lente à réagir et n’a pas coopéré comme elle aurait dû le faire avec l’Organisation mondiale de la santé et autres. Mais elle ne peut être tenue pour responsable de l’absence de tests adéquats et de la recherche des contacts aux États-Unis, et encore moins de l’échec de Trump à accepter la science et à soutenir les mandats de distanciation sociale et de port de masques.

S'abonner à SAY
3écrans+4couv transparent 240 dpi

S'abonner à SAY

Profitez d'un accès illimité aux idées et opinions des plus grands penseurs du monde, y compris des lectures hebdomadaires, des critiques de livres et des interviews !  

Offre de l'été : 70€ au lieu de 78€

S'abonner maintenant !

Une troisième explication de ce nouveau comportement de la Chine est la plus inquiétante. Il pourrait inaugurer une nouvelle ère de la politique étrangère chinoise, qui reflète la force et les ambitions croissantes du pays. De même, il serait erroné d’attribuer le changement d’opinion des États-Unis sur la Chine principalement à la politique intérieure américaine. La politique américaine à l’égard de la Chine pourrait devenir encore plus critique sous la présidence de Joe Biden, dont l’administration serait moins préoccupée par la négociation d’accords commerciaux étroits et plus axée sur les autres aspects gênants du comportement chinois.

Éviter les dérapages

Tout cela renforce l’idée qu’une guerre froide pourrait se matérialiser – ou pire, à la faveur d’un incident militaire ou diplomatique. À court terme, les deux parties doivent veiller à ce que les communications de crise soient en ordre, afin de pouvoir réagir rapidement à un incident militaire et de le limiter. De manière plus positive, les deux gouvernements pourraient trouver un terrain d’entente en mettant à la disposition des autres un éventuel vaccin Covid-19, ou bien en aidant les pays les plus pauvres à gérer les retombées économiques de la pandémie, voire les deux.

Après l’élection américaine, les deux gouvernements devraient entamer un dialogue stratégique discret afin d’élaborer des règles de conduite pour les relations bilatérales. Les États-Unis devront renoncer à leurs espoirs irréalistes de favoriser un changement de régime en Chine et se concentrer plutôt sur le comportement extérieur de la Chine. La Chine devra accepter qu’il y a des limites à ce que les États-Unis et leurs alliés tolèrent lorsqu’il s’agit d’actes unilatéraux visant à modifier le statu quo dans la mer de Chine méridionale, à Taïwan ou avec les îles Senkaku.

À long terme, le meilleur espoir est une relation américano-chinoise de concurrence réglementée, qui éviterait les conflits et permettrait une coopération limitée lorsque cela est dans l’intérêt des deux pays. Cela peut sembler peu, mais c’est assez ambitieux compte tenu de la situation actuelle et de la direction que prennent les choses.

https://www.say.media/T0Tf73L